Washington Wizards 2021-2022 : Le baroud d’honneur aux Wizards pour Beal ?

  • La saison dernière

Huitième de la Conférence Est, Washington a connu une saison en demi teinte. Personne ne croyait vraiment au duo Westbrook/Beal et les sceptiques ont eu raison : beaucoup de blessures des deux côtés et un manque évident d’alchimie entre les deux joueurs. S’ajoute à cela la blessure de Thomas Bryant (déchirure du ligament croisé antérieur) qui débutait plutôt bien sa saison ainsi que l’inconstance du prometteur Rui Hachimura et vous obtiendrez une élimination au premier tour. Tombés sur les Philadelphie Sixers, il n’y aura aucune suprise. Tobias Harris réalisera une très bonne série, jouant de sa polyvalence et de sa capacité à scorer, les Sixers s’imposeront 4-1 et passeront au tour suivant. Malgré quelques invidivualités très fortes, l’équipe manque d’homogénéité. Concernant le coach, Scott Brooks n’a pas été reconduit à la fin de son contrat. Arrivé en 2016, le COY 2010 a peiné à exploiter ses joueurs phares puis s’est embourbé sans jamais parvenir à des résultats satisfaisants.
 

  • Les mouvements de l’intersaison

Arrivées : Aaron Holiday, Montrezl Harrell, Spencer Dinwiddie, Kyle Kuzma, Kentavious Caldwells-Pope, Corey Kispert, Isaiah Todd. 
Départs : Russell Westbrook, Alex Len, Chandler Hutchison, Isaac Bonga, Ish Smith, Robin Lopez. 

  • l’effectif 

PG : Spencer Dinwiddie, Aaron Holiday, Raul Neto, Cassius Winston
SG : Bradley Beal, Kentavious Caldwell-Pope, Jordan Goodwin
SF : Kyle Kuzma, Deni Avdija, Corey Kispert
PF : Rui Hachimura, David Bertans, Isaiah Todd, Anthony Gill
C : Thomas Bryant, Montrezl Harrell, Daniel Gafford, Jay Huff

  • Le cinq majeur 

PG : Spencer Dinwiddie SG : Bradley Beal SF : Kyle Kuzma PF : Rui Hachimura C : Thomas Bryant

Réel ajout, Dinwiddie est moins gourmand avec le ballon que Westbrook et siéra davantage à Beal en tant que meneur. Capable de scorer quand il faut, il a montré qu’il est un joueur solide et polyvalent. Bradley Beal n’a plus à prouver sa capacité à scorer (malgré ce titre de meilleur scoreur qu’il lui échappe encore et toujours). Agé de 28 ans, il a pour l’instant toujours été fidèle à la franchise qui l’a drafté. Reste à savoir s’il est capable d’être un véritable leader et de faire des efforts en défense. Kuzma a été noyé dans l’effectif des Lakers et n’a pas eu véritablement l’opportunité de montrer de quoi il était fait. Avec une place de titulaire aux côtés de tout ce beau monde, il devrait être capable de se sublimer et d’enfin trouver sa place dans un roster, notamment côté défensif. Rui Hachimura a été drafté en neuvième position en 2019 et n’a pas réellement le temps de montrer son potentiel. Prometteur mais injury-prone, il ne faudrait pas que la saison de l’éclosion soit polluée par des blessures intempestives. Thomas Bryant a définitivement des efforts à faire en défense et aux rebonds quand on voit l’athlète que c’est mais il n’en demeure pas moins un big man capable et un shooter correct capable d’apporter quand il faut. 
 

Aaron Holiday est fait du même bois que son frère mais en est encore loin. Défenseur honnête et shooteur adroit, il se distingue malheureusement par son inconstance qu’il devra combler cette saison pour passer un cap. KCP est le 3&D par excellence et sera une arme létale en sortie de banc pour donner l’impulsion à la second unit. Difficile de se prononcer sur Deni Avdija qui a montré des belles choses sur son temps de jeu réduit. Il devrait être plus souvent utilisé comme playmaker en deuxième rotation. Scoreur adroit, David Bertans est un élément important des Wizards. Capable de marquer en toutes circonstances, on peut compter sur sa régularité. Enfin, Montrezl Harrell avait été élu sixième homme de l’année il n’y a pas si longtemps. Il fera ce qu’il sait faire de mieux : du hustle, scorer et prendre des rebonds. 

  • Le joueur à suivre : Spencer dinwiddie

Avant que l’équipe des Brooklyn Nets ne ressemble aux Avengers, Spencer Dinwiddie menait les siens d’une main de maitre et tournait à 20 points et 7 passes sur l’exercice 2019/2020. Une blessure l’obligera à ne jouer que 3 matchs la saison d’après. Bien remis, il devrait revenir le couteau entre les dents. Potentiellement agent libre en 2022, il a tout intérêt à tout donner. Défenseur dégourdi, il devra donner l’impulsion à cette équipe qui manque tant de détermination de ce côté là. Egalement bon distributeur, il sera chargé de régaler tous ses coéquipiers tout en scorant un minimum. Le lieutenant parfait pour un franchise player qui n’en pouvait plus de tout devoir gérer tout seul. 

De la profondeur : Enfin un effectif un peu cohérent à Washington. Tout n’est pas parfait évidemment mais il a le mérite d’être plus équilibré que l’année passée tant au niveau des titulaires que des remplaçants.

Un nouveau coach : Wes Unseld Jr. débarque au poste de headcoach avec beaucoup de défis à relever. Assistant coach depuis déjà un bout de temps, il saute enfin dans le grand bain. Ce vent de fraicheur ne peut que faire du bien aux sorciers de la capitale. Il a entre les mains du talent et de l’expérience, à lui d’en faire bon usage.

  • Les moins 

La défense : C’est le point à améliorer. Washington possède un arsenal offensif plus qu’intéressant, pour devenir une équipe réellement compétitive ils doivent absolument progresser de l’autre côté du terrain. Responsable de ce pan du jeu quand il était aux Nuggets, Wes Unseld Jr. avait réussi à faire nettement progresser l’équipe du Colorado. Espérons qu’il en soit de même ici.

Les rebonds : Le départ de Russell Westbrook est douloureux de ce côté là. Largement meilleur rebondeur de l’équipe l’an passé, le manque devra être comblé et aucun joueur ne semble avoir une appétence prononcée de ce côté là.

  • l’avis de la rédaction

Entre renouveau et continuité, la saison 2021/2022 semble être la dernière chance qu’octroie Beal aux Wizards. Meilleure sur le papier que l’an passé, la capitale devrait se réveiller de sa torpeur pour retrouver une place correcte à l’Est. Tout est en tout cas réuni pour que ce soit le cas. Du fait de l’arrivée d’un nouveau coach et des nouveaux coéquipiers, un temps d’adaptation sera forçément nécessaire et devra être encaissé rapidemment afin d’éviter de se faire distancer dès le début de saison. 

  • bilan prévisionnel

36 victoires/46 défaites.

Lire la suite sur Insidebasket.com