VTT : Le Français Loïc Bruni décroche la Coupe du monde de descente

Et de deux pour Loïc Bruni ! Le Français a résisté à la pression pour décrocher, samedi 18 septembre, sa deuxième Coupe du monde de VTT descente (après 2019) au terme de la dernière étape de la saison à Snowshoe (Etats-Unis). Premier des qualifications, Loïc Bruni a assumé son statut de favori pour venir décrocher la victoire en bas du parcours, et s’assurer ainsi le classement général.

« J’avais juste envie de me faire plaisir devant le public », a réagi le Français à l’arrivée, au micro des organisateurs de la course. « J’ai senti que le titre était possible et j’ai fait le mieux que je pouvais pour aller le chercher. J’ai tout donné et je suis trop content ! »

Lire aussi VTT : les Français en pole position pour conquérir la Coupe du monde de descente

Dans un parcours qui a fait multiplier les erreurs et les chutes à une bonne partie des favoris, Loïc Bruni a, au contraire, impressionné par son calme et sa justesse. Résultat, il a passé tous les intermédiaires avec de l’avance et terminé l’étape 4 dixièmes de seconde devant l’Australien Troy Brosnan, et 6 devant l’Espagnol Angel Suarez Alonso. Le Français Amaury Pierron a, lui, pris la quatrième place.

Ce deuxième titre en Coupe du monde est une ligne de plus au palmarès déjà impressionnant du cycliste de 27 ans. Il vient s’ajouter aux quatre titres de champion du monde (2015, 2017, 2018 et 2019) et aux quatre autres de champion de France (2013, 2014, 2015, 2017) du Français, véritable star de sa discipline.

Trois Français sur le podium final

Au final, ce sont même trois Français qui briguent toutes les places sur le podium du classement de la Coupe du monde de VTT descente. Mais si Loïc Bruni se rappellera longtemps de sa journée à Snowshoe, ses deux compatriotes en garderont sûrement un souvenir bien plus mitigé. A commencer par Thibaut Dapréla.

En tête du classement général depuis le 3 juillet dernier et sa victoire lors de la deuxième étape de Les Gets (Haute-Savoie), Thibaut Dapréla n’a pas eu l’occasion de défendre ses chances ce samedi. Le double vainqueur de la Coupe du monde chez les juniors (20 ans) a lourdement chuté lors des qualifications, et souffre d’une fracture du pouce et du péroné droit. Il s’est fait opérer dans la foulée avec succès.

« C’est dur pour Thibaut, mais il est jeune et je suis sûr qu’il aura beaucoup d’autres courses, et surtout beaucoup de victoires », a réagi Loïc Bruni après la course. Bien présent au départ de l’ultime étape, le champion d’Europe Français Loris Vergier pouvait lui aussi rêver à un sacre. Mais, trop nerveux, il a enchaîné les fautes rédhibitoires, sortant une première fois de la piste au début du tracé avant de taper violemment un arbre avec son épaule gauche quelques mètres plus bas.

Il termine très loin sur cette étape (54e), mais est tout de même troisième au classement général. Amaury Pierron se classe 6e et Benoît Coulanges 8e pour ponctuer le beau tir groupé des tricolores.

Myriam Nicole à quelques mètres du titre

Si l’histoire se termine bien pour les Bleus, énorme déception en revanche pour Myriam Nicole. La Française, en tête du classement avant la dernière étape, pouvait encore rêver d’un magnifique doublé après avoir remporté les Championnats du monde de descente en août. Elle l’avait d’ailleurs annoncé dans un entretien à l’AFP cette semaine : le doublé « c’était l’objectif ».

Maillot arc-en-ciel sur le dos, Myriam Nicole devait assurer une place dans les cinq premières de l’étape pour décrocher le classement de la spécialité pour la deuxième fois de sa carrière (après 2017). Et alors que tout se passait bien et que la Française semblait assurer avec calme, elle est tombée dans l’un des tout derniers virages, à quelques mètres de l’arrivée. Résultat, une septième place de l’étape, une deuxième au classement et surtout d’immenses regrets.

Lire aussi Vuelta 2021 : Primoz Roglic s’offre un troisième sacre de rang sur le Tour d’Espagne

Elle laisse la victoire de l’étape, et le classement final à l’Autrichienne Valentina Hoell, bouche bée d’un tel scénario dans l’aire d’arrivée. Petite consolation pour le clan français avec la deuxième place de Marine Cabirou sur la manche. Elle lui permet de remonter au cinquième rang du classement général.

Lire la suite sur Le Monde.fr