Tennis : Maria Sharapova tire sa révérence

Maria Sharapova, lors de sa victoire à Roland Garros en 2012.

Maria Sharapova, lors de sa victoire à Roland Garros en 2012. PATRICK KOVARIK / AFP

Ancienne numéro un mondiale, star du circuit féminin, la championne de tennis russe Maria Sharapova, a annoncé mercredi 26 février qu’elle mettait un terme à sa carrière. « Tennis – je te dis adieu », a écrit la Russe de 32 ans sur ses réseaux sociaux et dans un texte publié par les magazines Vogue et Vanity Fair. « Après vingt-huit ans et cinq titres du Grand Chelem, je suis prête à gravir une autre montagne sur un terrain différent », a expliqué la lauréate de cinq tournois du Grand Chelem (Open d’Australie en 2008, Roland-Garros en 2012 et 2014, Wimbledon en 2004 et US Open en 2006)

Redescendue au 373rang mondial en début d’année, Sharapova, dont la carrière a été entachée par une suspension de quinze mois pour dopage au printemps 2016, restait sur quatre défaites consécutives, dont des éliminations aux premiers tours de l’US Open 2019 face à Serena Williams et de l’Open d’Australie 2020 contre la Croate Donna Vekic, son dernier match officiel. Droitière, la longiligne joueuse née à Nyagan (centre de la Russie) était également connue pour ses cris qui ponctuaient chacun de ses coups, ce qui avait le don de susciter l’inimitié de certaines de ses adversaires.

Lire aussi Dopage : Maria Sharapova, dernière « victime » de l’épidémie de meldonium

« Est-ce que ça en vaut la peine ? »

« Tout au long de ma carrière, “Est-ce que ça en vaut la peine ?” n’a jamais été une question. Dernièrement, ça l’était en permanence », a écrit Maria Sharapova, dont les dernières années sur les courts ont été plombées par les blessures. « Les blessures aux épaules ne sont pas nouvelles pour moi – au fil du temps, mes tendons se sont effilochés. J’ai subi plusieurs opérations chirurgicales – une fois en 2008, une autre l’année dernière – et passé d’innombrables mois en physiothérapie. Le simple fait de monter sur le terrain ce jour-là m’a semblé être une victoire finale, alors que bien sûr, cela aurait dû être le premier pas vers la victoire. »

Médaillée d’argent aux Jeux de Londres, la Russe n’a semble-t-il pas trouvé les ressources mentales suffisantes pour retrouver son lustre passé, qui l’a propulsé au sommet du tennis mondial féminin pendant plus de dix ans. Maria Sharapova compte 36 titres à son palmarès.

Le Monde

Lire la suite sur Le monde.fr