Tennis : Indian Wells, premier tournoi victime du coronavirus

A Indian Wells, le 8 mars, veille du début des qualifications.

A Indian Wells, le 8 mars, veille du début des qualifications. AL BELLO / AFP

Gants et mesures de prévention n’y ont rien fait : l’épidémie de nouveau coronavirus se propage en Californie, obligeant ses organisateurs à annuler le tournoi de tennis d’Indian Wells, un des plus importants des circuits ATP et WTA après ceux du Grand Chelem.

L’annonce, redoutée par les fans de la balle jaune, a été faite dimanche 8 mars en fin de journée à la veille des premiers matchs de qualification pour les tableaux principaux.

Lire aussi Coronavirus : le gouvernement italien étend la « zone rouge » à l’ensemble du pays

Les stars, du no 1 mondial serbe, Novak Djokovic, à l’Américaine Serena Williams, en passant par l’Espagnol Rafael Nadal et la no 1 mondiale australienne Ashleigh Barty, étaient pour certaines déjà arrivées en Californie, afin d’y préparer ce rendez-vous très attendu chaque année.

« Nous sommes ici en train de décider ce que nous allons faire. Trop triste de voir ce qui se passe à travers le monde à cause de cette situation. J’espère que des solutions seront apportées bientôt. Restez tous en bonne santé et en sécurité », a tweeté Nadal. « Je suis sous le choc », a écrit le Canadien Denis Shapovalov sur le même réseau social.

Le tournoi de Miami à son tour menacé ?

Pour eux, désormais, le regard se tourne vers la Floride et le tournoi de Miami (qui appartient aussi aux catégories Masters 1000 et Premier Mandatory, les mieux dotées après les tournois du Grand Chelem), programmé dans deux semaines, mais plus que jamais menacé par l’épidémie de Covid-19 qui sévit aux Etats-Unis, comme dans une centaine d’autres pays et territoires.

Alors que l’état d’urgence a été déclaré vendredi en Californie, la direction du tournoi a pris sa décision après que « le département de santé publique du comté de Riverside eut déclaré une urgence de santé publique pour la vallée de Coachella, à la suite d’un cas confirmé de coronavirus au niveau local ».

« Il y a un trop grand risque, en ce moment, pour la santé publique, dans la région du comté de Riverside pour y organiser un rassemblement de cette taille », a expliqué le docteur David Agus, professeur de médecine et de génie biomédical, à l’Université de Californie du Sud, cité dans le communiqué.

Samedi, la direction du tournoi avait annoncé la mise en place de mesures de précautions, telles que le port de gants obligatoire pour les ramasseurs de balles, les bénévoles chargés de prendre les billets et les employés des restaurants et points de vente de nourriture. Plus de 250 postes de désinfection pour les mains avaient été installés sur le site.

Dimanche, l’ATP et la WTA ont ajouté d’autres préconisations, non seulement pour ce tournoi mais ceux de Miami et de Charleston (WTA) à venir.

Les ramasseurs de balles ne manipuleront ni les serviettes ni les boissons des joueurs. Lesquels ont été invités à ne pas faire cadeau de leurs effets personnels comme ils ont parfois l’habitude de le faire en les lançant au public.

« Nous sommes très déçus que le tournoi n’ait pas lieu, mais la santé et la sécurité de la communauté locale, des fans, des joueurs, des bénévoles, des sponsors, des employés, des vendeurs et de toutes les personnes impliquées dans cet événement sont d’une importance capitale », a résumé le directeur du tournoi, Tommy Haas, ancien joueur professionnel.

Les organisateurs « prêts à organiser le tournoi à une autre date »

Ce dernier, qui a invité les possesseurs de billets à se faire rembourser ou à faire la demande d’avoirs pour l’édition 2021, s’est dit « prêt à organiser le tournoi à une autre date », sans plus de précision.

Et pour cause : le calendrier de la saison est si dense que les créneaux sont rares, a fortiori pour un tournoi durant une dizaine de jours comme celui-ci. D’autant qu’après Miami est censé débuter la saison sur terre battue en Europe, avec Roland-Garros en ligne de mire.

« Il est trop tôt pour spéculer à propos des tournois qui doivent suivre, a déclaré à ce propos le président de la WTA, Steve Simon dans un communiqué. La santé et la sécurité passeront toujours en premier. »

Survenant après les finales de Coupe du monde de ski alpin à Cortina d’Ampezzo en Italie et le Grand Prix moto du Qatar ce week-end, cette annulation due à l’épidémie est une des plus importantes pour une compétition sportive à ce jour.

A l’échelle des Etats-Unis, des événements culturels de masse ont eux aussi été annulés, comme le grand festival South by Southwest, qui devait se tenir à la mi-mars à Austin, au Texas. Tout près d’Indian Wells se trouve Coachella et son célèbre festival de musique. Sa tenue à partir du 10 avril paraît très menacée.

Cyclisme : fin de quarantaine pour Cofidis et Groupama-FDJ aux Emirats

Après plus de dix jours de mise en quarantaine, les coureurs des équipes cyclistes françaises Cofidis et Groupama-FDJ, confinés dans un hôtel aux Emirats jours en raison de l’épidémie due au nouveau coronavirus, ont annoncé dimanche 8 mars leur retour en Europe. Ce placement en quarantaine avait été décidé après la révélation de plusieurs cas positifs au Covid-19 qui avaient entraîné l’annulation des deux dernières étapes du Tour des Emirats (UAE Tour).

« On rentre à la maison ! », a réagi Arnaud Démare qui a pu prendre un vol retour dimanche tout comme ses trois équipiers David Gaudu, le Néerlandais Ramon Sinkeldam et le Lituanien Ignatas Konovalovas, selon les informations recueillies auprès de son équipe Groupama-FDJ. Les coureurs et l’encadrement des équipes concernées, dont les premiers résultats étaient négatifs, ont passé récemment de nouveaux tests. Une nouvelle fois négatifs.

Le Monde avec AFP

Lire la suite sur Le monde.fr