Suspendu pour dix matchs, Joe Marler n’en purgera finalement aucun

« Joe Marler sera libre de jouer dès que le rugby reprendra reprendra ses droits. » C’est par ces mots que le Times débute son article. Selon les informations du quotidien anglais, le pilier des Harlequins, qui avait écopé de dix semaines de suspension pour avoir « pincé les parties génitales » d’Alun Wyn Jones lors du dernier Tournoi des 6 nations, ne devrait finalement pas purger la moindre semaine. La raison : un point technique de réglement, couplé à une intervention extérieure. Explications : une suspension, souvent édictée en semaines, correspond en réalité à un nombre de matchs que ratera le joueur. Dans le cas de Marler, sa sanction exacte était de douze semaines durant lesquelles il aurait pu postuler à dix matchs. Et une requalification portée au 8 juin.

En raison de la crise du Coronvirus qui a mis le rugby à l’arrêt, cette sanction aurait pu être reportée, aucun match ne se jouant sur la période. Selon The Times, David Hurley, qui présidait la commission de discipline ayant initialement suspendu le joueur, a écrit aux dirigeants du 6 nations pour le demander figer la sanction à douze semaines, sans tenir compte du nombre de matchs. Sans report, donc. Requête acceptée. A la reprise du rugby, Joe Marler sera donc autorisé à jouer et n’aura pas purgé le moindre match de suspension.

Le cas est identique pour le trois-quarts centre Manu Tuilagi, suspendu le même jour pour quatre semaines en raison d’un plaquage dangereux et qui sera immédiatement autorisé à jouer, lorsque le rugby reprendra ses droits.

Lire la suite sur Eurosport.fr