Rugby: Un calendrier mondial très menacé par le coronavirus

Quel sera calendrier du rugby mondial d’ici le mois de décembre? A l’heure actuelle, personne n’a la réponse. Mais il est acquis qu’il sera sensiblement chamboulé par l’épidémie de coronavirus pour les semaines et les mois à venir. Peut-être même jusqu’à la fin de l’année 2020. World Rugby s’y est évidemment sérieusement planché depuis le début de la pandémie. Et chaque jour qui passe ne fait que renforcer l’inquiétude.

Ces dernières heures, l’organe suprême du rugby a multiplié les réunions téléphoniques et les visioconférences. Lundi, c’était avec les Fédérations, dont la FFR, et aujourd’hui avec les clubs et l’EPRC, qui gère les compétitions européennes, selon les informations de RMC Sport. Les données et les hypothèses médicales de World Rugby sont transmises aux différents acteurs du rugby mondial. Tous ont compris qu’ils devront être très patients avec des situations variables d’un continent à l’autre, et même d’un pays à l’autre.

Outre les compétitions domestiques comme le Top 14, toujours dans l’expectative, mais aussi la Coupe d’Europe dans l’impasse d’ici cet été, les tournées d’été seront les premières à être impactées. C’est le cas pour le XV de France qui devait disputer deux tests en Argentine, les 4 et 11 juillet. Menacée depuis quelques semaines, elle devrait être bientôt officiellement annulée, une fois que les diffuseurs, assureurs et partenaires auront trouvé un accord.

Des matchs entre Européens en novembre?

Puis viendra le temps des matchs automnaux. L’idée est d’abord de rattraper les trois rencontres en retard du Tournoi des VI Nations (dont France-Irlande initialement programmé le 14 mars) puis si possible d’y ajouter, comme prévu, les tournées de novembre. Ça c’est le scénario idéal, sachant que les Bleus recevront successivement la Géorgie, l’Australie et l’Afrique du Sud.

Mais la donne pourrait sensiblement se compliquer. Car une hypothèse bien plus contraignante est également imaginée : que les déplacements d’un hémisphère à un autre soient tout simplement interdits. Des matchs intra-européens pourraient alors être mis en place. Avec pourquoi pas des rendez-vous entre la France et l’Angleterre. Il ne s’agirait pas d’un nouveau Tournoi des VI Nations mais bien de matchs de substitution aux dates prévues pour les tournées. “Dans son format, la tournée de novembre est très menacée, nous a-t-on confirmé mardi. Et pour les pays du Sud, une tournée européenne pourrait leur coûter beaucoup plus cher que de ne pas finir le Super Rugby.”

Mesurer les impacts potentiels

Enfin, reste la pire éventualité. La commission médicale World Rugby n’exclut pas l’annulation pure et simple des tournées si personne ne peut voyager. Ce n’est pour le moment qu’un scénario catastrophe mais il est envisagé. “Ce ne sont que des hypothèses, rappelle une source proche du dossier. On ne sait pas encore comment ça va se passer. Il reste encore un espoir que la situation s’améliore dans les semaines à venir.”

Les Fédérations, les clubs de l’hémisphère sud mais aussi européens, ainsi que l’EPCR ont ainsi été consultés ces dernières heures afin de bien mesurer les impacts potentiels de ces différentes hypothèses. Tout va être longuement pesé et analysé d’ici la fin du mois d’avril. World Rugby notamment y verra un peu plus clair concernant la mise en place des premiers déconfinements qui s’annonceraient longs et progressifs.

Lire la suite sur RMC Sport