Roland-Garros: des joueurs ne digèrent pas du tout le report en septembre

C’est peu dire que le report de Roland-Garros (du 20 septembre au 4 octobre) n’a pas été compris par les joueurs et les joueuses des circuits ATP et WTA. “Trouve moi ne serait-ce qu’un joueur qui était au courant”, répondait Stan Wawrinka à un confrère sur les réseaux sociaux. Ne cherchez pas du côté de la Française Alizé Cornet, qui était ravie “de l’apprendre sur Twitter”.

Evitez surtout de titiller le Canadien Vasek Pospisil sur le sujet, vous pourriez le regretter. “C’est une folie”, a-t-il lâché sur Twitter, avant se faire entendre dans le New York Times puis en France, auprès du quotidien l’Equipe. L’ancien protégé de Frédéric Fontang, au chevet désormais d’un autre canadien, Félix Auger-Aliassime, est très en colère.

Pospisil réclame une punition

“C’est une décision irresponsable, égoïste, arrogante, a fustigé celui qui est très actif et influent au conseil des joueurs. L’ATP est aussi en colère que les joueurs. Si j’étais à la tête du tennis, j’imposerais une grosse pénalité. Ça peut être d’ordre financier, il faut réfléchir. Mais ça ne peut pas rester impuni.” L’embarras est le même pour Jamie Murray.

Le spécialiste du double, frère du Britannique Andy Murray, s’imagine mal passer de la surface dur de l’US Open, qui s’achève le 13, à la terre battue de Roland-Garros en l’espace de seulement sept jours. “Je pensais que les instances du tennis étaient supposés travailler ensemble ces jours-ci”, s’est-il interrogé sur Twitter, rejoint par ses pairs, hommes et femmes confondus.

En attendant les réactions officielles de Novak Djokovic ou encore Roger Federer, Rafael Nadal est finalement le seul à accueillir positivement la nouvelle. “C’est Guy (Forget) qui a eu Rafa, a indiqué Bernard Giudicelli, le président de la FFT ce mardi. Son sentiment, c’est que c’est une bonne décision qui permet à la terre battue de demeurer dans le calendrier.”

Lire la suite sur RMC Sport