Radomir Antic, l’ex-entraîneur du Real et du Barça, est décédé

Radomir Antic, en juin 2010. Il était alors sélectionneur de l’équipe nationale serbe qui a vaincu l’Allemagne (1-0) au Mondial en Afrique du Sud.

Radomir Antic, en juin 2010. Il était alors sélectionneur de l’équipe nationale serbe qui a vaincu l’Allemagne (1-0) au Mondial en Afrique du Sud. Kai Pfaffenbach / REUTERS

L’ex-entraîneur serbe du Real Madrid, de l’Atlético Madrid et du FC Barcelone Radomir Antic est mort lundi 6 avril, à l’âge de 71 ans, ont annoncé ces clubs espagnols en début de soirée. « Le Real Madrid (…) est au regret d’apprendre le décès de Radomir Antic, qui a été l’entraîneur du Real Madrid de mars 1991 à janvier 1992 (…) et présente ses sincères condoléances à sa famille et amis », a déclaré lundi soir le club merengue via un communiqué. « L’Atlético Madrid est en deuil après le décès de notre ex-entraîneur Radomir Antic », a indiqué l’autre club madrilène sur Twitter. Le quotidien Marca, le plus vendu en Espagne, a indiqué sur son site que le technicien, le seul à avoir dirigé les trois géants du foot espagnol dans sa carrière, est décédé des suites d’une longue maladie.

Antic a officié sur le banc de l’Atlético Madrid entre 1995 et 2000, et a laissé une trace au club pour avoir été l’entraîneur qui a mené les Colchoneros vers le doublé Championnat-Coupe du Roi en 1995-1996. Dans la deuxième moitié de la saison 2002-2003, il a aussi entraîné le Barça, qui a également publié un message de condoléances.

« Un vide dans le cœur »

Radomir Antic a été le sélectionneur de l’équipe nationale serbe de 2008 à 2010, période durant laquelle il l’a menée vers une victoire contre l’Allemagne (1-0) au Mondial de 2010 en Afrique du Sud, son principal fait d’armes en sélection.

Au cours de sa carrière de joueur, Radomir Antic a défendu les couleurs du Sloboda Uzice (1967-1968) et du Partizan Belgrade en Serbie (1968-1976), de Fenerbache en Turquie (1976-1978), du Real Saragosse en Espagne (1978- 1980), et enfin de Luton Town, en Angleterre (1980-1984).

Sur son site, la Fédération serbe de football (FSS) regrette la disparition de « l’un des meilleurs entraîneurs serbes » : « Tous ceux qui connaissaient Radomir Antic auront désormais un vide dans le cœur, et la Serbie peut être fière d’avoir eu un tel représentant du pays à l’étranger, une véritable source de fierté. »

Le Monde avec AFP

Lire la suite sur Le Monde.fr