PSG: Verratti pense “travailler plus qu’avant” pendant le confinement

Confiné dans son domicile parisien, Marco Verratti suit avec attention l’évolution de l’épidémie de coronavirus en France comme en Italie. Emu par la situation compliquée de ses deux pays, le milieu du PSG a salué dimanche le travail du personnel soignant et leur lutte au jour le jour face à la maladie.

“Petit Hibou” a aussi profité de son passage vidéo sur le site du club parisien pour faire un point sur sa situation personnelle en cette période si particulière.

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

Verratti: “Je travaille tous les jours”

En attendant d’en savoir plus l’évolution de la crise sanitaire, le club francilien a suspendu les activités de son équipe première. Conformément aux demandes des pouvoirs publics, les entraînements collectifs n’ont toujours pas repris. Ces incertitudes concernant de possibles reprises de la Ligue 1 et de la Ligue des champions cet été n’empêchent pas l’international transalpin de s’entretenir. Et à le croire, Marco Verratti fait preuve de zèle.

“Je travaille tous les jours. Je pense même que j’en fais plus que ce que je faisais avant, a reconnu le milieu de 27 ans. Car avant avec les matches, on n’avait pas beaucoup de temps pour s’entraîner, ou pour se soigner quand on avait de petits soucis. […] Je travaille mentalement aussi, parce qu’on est habitué à faire du sport.”

Ses “copains” et le terrain lui manquent

Désireux de ne pas perdre totalement le rythme lors de ce confinement, le natif de Pescara a également indiqué qu’il maintenait le contact avec ses coéquipiers. Et pour cause, avec certains joueurs partis à l’étranger et notamment en Amérique du Sud, l’effectif francilien risquerait de perdre un peu de sa belle cohésion. En cette période d’isolement, sans match de foot, garder le contact devient donc essentiel et permet à Marco Verratti de mieux la vivre.

“On se parle vraiment beaucoup, on se tient au courant, on prend des nouvelles des autres, a encore indiqué l’Italien pour le site du PSG.  C’est normal que ça nous manque parce que d’habitude on est tous les jours ensemble. […] J’ai l’impression que ça fait un an qu’on n’a pas joué dans notre stade, devant nos supporters, ça me manque beaucoup. Les émotions après un but, après une victoire… Ce sont des choses qui nous manquent beaucoup, surtout qu’on avait l’habitude de vivre ça tous les jours.”

Lire la suite sur RMC Sport