Premier League: les sérieuses interrogations des médecins en vue de la reprise

Ce sont des interrogations logiques, légitimes, mais qui traduisent le flou total entourant une éventuelle reprise de la Premier League dans un tel contexte sanitaire. Alors que le championnat anglais espère une reprise des entraînements le 18 mai, puis des matchs le 12 juin, The Athletic révèle une liste de 100 questions envoyées par le groupe des médecins de Premier League (PLDG) à la Ligue, justement.

Ecrites de manière anonyme, ces questions concernent de nombreux thèmes, et se veulent parfois très précises. Une partie d’entre elles touchent à la responsabilité des médecins en cas de contamination dans un club, voire pire.

Exemples: “Tout le personnel doit-il signer un document comme quoi il est d’accord avec le protocole Covid-19? S’agit-il d’une clause de non-responsabilité si quelque chose arrive à un joueur? Qui est responsable, le médecin ou la Premier League?” Ou encore: “En tant que médecins, comment pouvons-nous ‘approuver’ des directives qui comportent toujours un risque de décès?”

Désinfectant, joueurs noirs et gants de gardiens

Les professionnels demandent aussi des éclaircissements clairs sur plusieurs points: “Quel désinfectant doit être utilisé pour les terrains et les ballons?”, questionnent-ils. “Le virus peut-il être transmis par la sueur? Combien de temps survit-il sur les gants d’un gardien de but? Devons-nous demander aux gardiens d’utiliser des gants médicaux en-dessous des gants de football?”

Un thème concerne à lui seul les joueurs issus de “minorités ethniques”, comme “les joueurs noirs ou asiatiques”. La mortalité étant plus élevée dans certaines communautés, les docteurs se demandent si ces joueurs en question doivent être plus particulièrement surveillés. Ils aimeraient aussi savoir si un effort physique intense peut faciliter le développement de symptômes graves en cas de contamination. Et rappellent que les jeunes joueurs, sans facteur apparent de co-morbidité, peuvent se trouver dans une situation sérieuse, en citant l’exemple du Montpelliérain Junior Sambia.

Des doutes sur la logistique

Conscients que les joueurs ont tous ou presque des familles, voire des enfants en bas âge, les médecins espèrent en outre que les proches seront mêlés au protocole de reprise. Ils demandent aussi si un lien a été prouvé entre le virus et d’éventuelles naissances prématurées. Ceci pour rassurer les joueurs, car un certain nombre de footballeurs attendent un heureux événement.

Evoquant le délicat sujet du stress et de la santé mentale des acteurs de Premier League dans un tel contexte, les médecins de clubs finissent par une salve de questions “logistiques”: “Où allons-nous récupérer des équipements de protection, car il y a un problème clair avec la chaîne d’approvisionnement? De nombreux hôpitaux privés sont fermés, et les IRM ne sont pas possibles actuellement, pouvons-nous être sûrs qu’ils seront opérationnels au moment où nous effectuerons des exercices en petits groupes? Devons-nous compter sur le NHS (l’hôpital public, ndlr), qui peut ne pas être efficace et présenter en outre un risque d’exposition au Covid-19 aux urgences?”

En résumé, les inquiétudes sont très, très nombreuses. Selon The Athletic, la Premier League s’est engagée à répondre à chacune des 100 questions.

Lire la suite sur RMC Sport