Premier League: beIN Sports International s’opposerait au rachat de Newcastle par un fonds saoudien

L’offre de rachat de Newcastle par un fonds saoudien ne requiert pas tous les suffrages en Angleterre. Selon The Times, beIN Sports International a exhorté les dirigeants du championnat anglais à s’opposer à l’opération. Dans une lettre, le groupe audiovisuel, plus important détenteur des droits TV de la Premier League à l’international, a averti que l’implication de l’Arabie saoudite dans le piratage de matches de Premier League menace la prospérité future du championnat. 

Cette décision de beIN Sports, basé au Qatar qui est en conflit avec son voisin saoudien, est une menace réelle pour ce rachat puisque le groupe est influent en Premier League. Le contrat de trois ans qui le lie avec la première division anglaise rapporte en effet 500 millions de livres (567 millions d’euros) au 20 clubs anglais. 

Selon The Times, beIN Sports International a aussi écrit une lettre au directeur général de la Premier League Richard Masters. “Le danger de permettre l’acquisition d’une participation majoritaire ou matérielle (acquise directement ou indirectement) dans un grand club de Premier League par ce qui est effectivement le gouvernement saoudien ne peut être ignoré étant donné les actions illégales passées et continues du pays et leur impact direct sur les intérêts commerciaux de la Premier League, de ses clubs membres, de ses partenaires de diffusion et du football en général, explique Yousef Al-Obaidly, directeur général du groupe de médias beIN, dans les lettres que le Times s’est procuré.

“En tant que partenaire de longue date et grand investisseur en Premier League, nous vous exhortons à examiner attentivement toutes les implications de le faire.”

Une chaîne pirate très sophistiquée en Arabie saoudite

Les lettres font référence au “vol notoire et à l’échelle industrielle de la propriété intellectuelle de la Premier League par l’Arabie saoudite” et impliquent que si la prise de contrôle est approuvée, elle pourrait affecter les futurs accords de diffusion. “Il n’est pas exagéré de dire que le futur modèle économique du football est en jeu”, conclut la lettre aux clubs.

La lettre souligne que la Premier League a tenté sans succès d’intenter une action en justice en Arabie saoudite contre le fournisseur de satellites arabe appartenant à l’État, qui transmet des matchs de haut niveau sur la chaîne pirate beoutQ.

Lire la suite sur RMC Sport