Pour l’UBB, la réception des Scarlets est un rendez-vous vraiment particulier

0 0
Read Time:2 Minute, 53 Second

Evidemment, ce match UBB-Scarlets se déroulera dans un contexte un peu particulier. Cette Coupe d’Europe perturbée par le Covid est assez difficile à suivre, même pour ceux qui sont directement concernés. En début de semaine, les Bordelais apprenaient que leur match reporté de Llanelli face à ces même Scarlets ne serait pas joué et se transformerait en match nul fictif. Comme les Bordelais ont perdu de peu à domicile face à Leicester, le tableau de marche n’est pas folichon. On l’a senti dans les propos de Christophe Urios : “Ça fausse complètement cette compétition. Cette compétition, aujourd’hui, n’a plus de sens. Entre ceux qui perdent avec 0 point, ceux qui ne jouent pas et qui ont 2 points… C’est nul. Je ne peux pas y faire grand-chose mais ça fausse la compétition. Déjà qu’il n’y a que quatre matchs. Mais bon, je ne m’agace pas sur les choses sur lesquelles je ne peux rien faire.”

Mais évidemment, les Bordelais tâcheront de tenir leur rang dimanche, après tout, le format de cette Coupe d’Europe au rabais n’est pas très sélectif, même si une victoire avec bonus serait de bon aloi. Et puis, quand on est premier du Top 14, on se doit de dominer ces Scarlets au parcours si particulier. Les Gallois de Llanelli ne sont pas les premiers venus, ils comptent beaucoup d’internationaux dans leur effectif, mais ils n’ont joué qu’un match depuis la fin octobre. Tous leurs autres rendez-vous ont été annulés ou reportés pour cause de covid évidemment. Ils ont tout de même affronté les Ospreys il y a deux semaines mais le week end dernier, leur duel face aux Dragons a été déprogrammé.

Un défi offensif à relever

On imagine que le travail du coach Dwayne Peel n’est pas des plus aisés par les temps qui courent. Remarquez, celui de Christophe Urios non plus. Il y avait pas mal d’absents à l’entraînement à cause des blessés, des ménagés et des cas de covid. Il y en avait quatre dans l’effectif en début de semaine : “Mais ils pourront tout jouer le match de dimanche. Les deux premiers seront opérationnels samedi pour la mise en place. Les deux autres juste pour le match de dimanche.” Mais le staff a préparé cette rencontre face aux Scarlets avec le plus de soin possible. On a senti le groupe marqué par la victoire ramenée in extremis de Brive, malgré un départ assez médiocre.

La performance du pack en seconde période a rassuré tout le monde quant aux réserves de l’effectif. On a été un peu déçu en revanche par la faible production des trois quarts. Le manageur ne les a pas trouvé bien positionnés, pas prêts à “mordre” dans la défense adverse, mal organisés pour recevoir le soutien de leurs avants pour trouver de l’avancée, le maître mot. A l’ouverture, François Trinh-Duc ne donne pas toujours un rythme énorme aux offensives. A l’arrière Romain Buros et ses interventions tranchantes risquent de manquer. Et on ne remplace pas un Cordero, forfait de dernière minute, comme ça.

Face à des Gallois au style affirmé, jeu frénétique au large, il y aura un défi offensif à relever, sauf si, comme à Brive, la pluie se montre salvatrice. Dans le cas contraire, les Bordelais s’attendent à beaucoup courir sans ou avec le ballon.

Lire la suite sur Eurosport.fr

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Maroc-Comores en direct: les Marocains veulent valider leur ticket pour les 8es
Next post Biathlon (Ruhpolding): les Bleues triomphent sur le relais, une bonne nouvelle avant les JO