Pinot : “Plus le Tour sera éloigné, mieux ce sera pour nous”

La dernière fois que Thibaut Pinot était sur un vélo en compétition, c’était sur le Tour de France. La prochaine fois qu’il le sera, il aura une envie débordante et le Tour, seulement le Tour, en tête. La faute à la pandémie de Covid-19 qui le bloque chez lui et qui a bouleversé le calendrier cycliste.

Confiné à Mélisey (Haute-Saône), celui qui a enchanté les suiveurs du Tour de France 2019, a accueilli avec “soulagement” le report de l’épreuve qui se tiendra du 29 août au 20 septembre. “Plus le Tour en sera éloigné (ndlr, du déconfinement), mieux ce sera pour nous. Donc là-dessus, ça enlève une certaine pression“, assure-t-il à L’Equipe. Pourquoi ? Parce que cette échéance lui laisse le temps de se remettre en forme. “On ne sait pas si le 11 mai, on pourra rouler directement, j’espère que oui“, relative cependant le leader de la Groupama-FDJ. “Le fait qu’il soit reporté ne change rien. Je vais tout faire pour être à 100 % sur le Tour, ça c’est sûr”, complète Pinot qui estime à trois moins le temps nécessaire pour revenir à 100%.

Un programme franco-français pour reprendre

Comment préparer ce Tour de France qu’il attendait tant après l’échec de l’édition 2019 et son abandon sur la 19e étape ? “Les stages collectifs, ce sera compliqué“, pense Pinot qui envisage une préparation assez similaire à celle de sa deuxième partie de saison 2018, celle qui l’avait vu remporter deux étapes de la Vuelta et le Tour de Lombardie : “après le Giro que j’avais fini à l’hôpital, j’ai passé plus de trois semaines sans vélo, j’ai repris et puis j’ai couru le Tour de Pologne fin juillet, que j’ai fini 3e, avec seulement un mois d’entraînement dans les jambes, et je m’étais entraîné uniquement dans les Vosges

Pour ce qui est de son programme de courses, Pinot cible logiquement un programme franco-français avec le Tour de l’Ain (30 juillet-1er août), le Dauphiné ( entre le 2 et le 9 août selon L’Equipe), la Mercan’Tour, nouvelle classique et la course du Mont Ventoux. Dans un Tour de France particulier, forcément, Pinot espère pouvoir profiter des conditions et notamment d’une chaleur qui s’annonce moindre qu’un juillet. Le but ? Toujours le même : remporter le Tour de France, 35 ans après Bernard Hinault.

Vidéo – Biais du poids, légitimité et manque d’instinctivité : Contador juge les courses virtuelles

02:10

Lire la suite sur Eurosport.fr