NBA: Maledon, Hayes… les perspectives des Français pour la draft

Si elle reste pour l’instant prévue le 25 juin 2020, rien ne garantit que la prochaine draft NBA pourra avoir lieu à cette date. En raison de la pandémie de coronavirus, qui a déjà provoqué la suspension de la saison régulière, les médias américains se font l’écho d’un possible report en août ou septembre en cas de reprise du championnat. A titre de comparaison, la WNBA, la Ligue nord-américaine de basket féminin, a procédé cette semaine à une draft virtuelle en visioconférence. Avec le coronavirus, il est aujourd’hui impossible de savoir si les joueurs pourront s’entraîner aux Etats-Unis avant la draft et avoir des entretiens avec les potentielles franchises intéressées.

Théo Maledon vise “le plus haut possible”

En attendant d’en savoir plus, les deux meneurs français Killian Hayes et Théo Maledon, qui ont récemment officialisé leur décision de se présenter à la draft, sont donc dans l’incertitude. Mais toujours aussi motivés. “Les équipes NBA n’ont pas le droit de nous joindre directement, mais avec mon agent oui. Je vise le plus haut possible, dans une équipe qui veut me donner des responsabilités et qui veut me faire apprendre. Ce qui me satisferait, c’est d’être en NBA avec une équipe qui est prête à me faire jouer, à me faire confiance”, explique à RMC Sport la pépite de l’Asvel Théo Maledon.

Du haut de ses 18 ans, il a disputé 21 matchs de Jeep Elite cette saison, 22 d’Euroleague, et peut se targuer d’être classé 15e dans la liste des 100 meilleurs espoirs d’ESPN. Il pourrait donc être pioché en très bonne position, aux alentours de la 15e ou 16e place. “Il a de fortes chances d’être pris au premier tour. Il vient de faire une autre grosse saison avec nous. Il est un peu différent de moi et meilleur shooteur que moi au même âge. Il est assez rapide, bon dans le dribble. J’étais plus agressif, j’allais plus au cercle. Il le fait bien aussi, il a progressé cette année, il est complet”, expliquait vendredi Tony Parker, président de l’Asvel, dans le Super Moscato Show.

Par rapport aux prévisions de la draft, les Minnesota Timberwolves, les Sacramento Kings et les San Antonio Spurs représentent de bonnes options pour lui. Le Magic d’Orlando, les Portland Trail Blazers, les Boston Celtics et le Thunder d’Oklahoma City seraient moins intéressants.

Killian Hayes peut se placer dans le top 10

Killian Hayes a de son côté de fortes chances d’intégrer le top 10 de la prochaine draft. Champion d’Europe des moins de 16 ans en 2017 avec les Bleus et vice-champion du monde des moins de 17 ans l’année suivante, il a joué ses deux premières saisons en pro avec Cholet, avant de filer l’été dernier en Allemagne au Ratiopharm Ulm où il tournait à 12,8 points, 6,2 passes, 1,5 interception en 27 minutes de moyenne en Eurocoupe avant l’interruption de la saison. Il est en prime devenu en novembre le deuxième plus jeune joueur à réussir un double-double (12 points, 11 passes) dans la compétition.

Il sera le troisième Français drafté avant ses 19 ans, après Frank Ntilikina (8e en 2017 par New York) et Sekou Doumbouya (15e par Detroit en 2019). Atterrir chez les Detroit Pistons, les Atlanta Hawks, les Golden State Warriors ou encore les Washington Wizards serait un bon point pour lui. Etre drafté par les New York Knicks, les Cleveland Cavaliers ou les Chicago Bulls pourrait être moins opportun. Les autres Français qui peuvent être draftés sont Killian Tillie (2e tour) Joël Ayayi (2e tour) et Yves Pons (fin de 2e tour).

Lire la suite sur RMC Sport