Mort de George Floyd: Tsonga témoigne de sa propre expérience du racisme en France

La mort de George Floyd aux mains de policiers qui venaient tout juste de l’interpeller, à Minneapolis, a déclenché une onde de choc aux Etats-Unis, laquelle s’est propagée bien au-delà des frontières américaines, suscitant l’émotion et la colère de millions de gens de par le monde, des sportifs notamment. Jo-Wilfried Tsonga est de ceux-là.

Le tennisman français, qui raconte avoir été plusieurs fois victime de racisme pendant son enfance, a livré un témoignage très fort à France Info, ce lundi soir. Ce racisme, cette “tragédie” qu’il combat de toutes ses forces, le Manceau affirme en avoir senti les relents au tout début de sa carrière. 

Tsonga: “On n’entendait jamais ‘Cédric Pioline, le Franco-Roumain'”

“Certains médias sportifs m’interpellaient comme Jo-Wilfried Tsonga, fils d’un père congolais. Je ne comprenais pas pourquoi c’était si important, alors que j’étais français, note Tsonga. On avait déjà ‘Yannick Noah, le Franco-camerounais’, mais bizarrement on n’entendait jamais ‘Cédric Pioline, le Franco-Roumain’ (la maman de Pioline était Roumaine). Il ne faut pas être un génie pour savoir où est l’erreur. J’adore Cédric, ça n’a rien à voir avec lui. Parfois, même certains de mes camarades avaient des phrases déplacées sur des aptitudes liées soit-disant à mes origines. Ou même pire, des gens dans la rue qui cachaient leur sac. Et ça me faisait très mal.”

Lire la suite sur RMC Sport