Montpellier, la série noire continue : “On a réagi trop tard”

Mais qu’arrive-t-il à Montpellier ? Battu à La Mosson par l’AS Monaco (2-3), le club héraultais semble dans le creux de la vague en ce début d’année 2021. Cette défaite concédée dans son antre de la Mosson – un stade vide et c’est important de le préciser – a aggravé la série de matches sans victoire des hommes de Michel Der Zakarian. Cette série a donc été élargie à huit. Cela fait beaucoup pour un prétendant à l’Europe. Forcément des questions se posent sur les capacités des Héraultais à aller plus haut que leur 8e place, qui était aussi leur position lors de l’arrêt de la saison 2019-2020 au mois d’avril dernier.

Ligue 1

Le “playmaker”, ce poste si crucial du système de Pochettino

IL Y A UNE HEURE

Face à Monaco, Montpellier a coulé, mais n’a jamais sombré. A côté de la plaque en première période, et mené 0-2 à cause de nombreuses erreurs individuelles, le MHSC a réagi après la pause, principalement lors de l’entrée de Téji Savanier à la 53e minute, et failli revenir à 3-3 en deux temps, trois mouvements. C’est d’ailleurs son ancien portier, Benjamin Lecomte, qui a empêché l’improbable remontée des locaux en sortant une magnifique inspiration d’Andy Delort qui a ponctué dix minutes de folie. Memé 0-3 à la 63e minute, Montpellier a montré sa capacité de réaction. Et surtout qu’il y avait encore de la vie malgré les difficultés du moment.

Selon Michel Der Zakarian, qui a tenu à dédramatiser la situation que vivait son équipe, les rumeurs entourant son duo d’attaquants Andy Delort – Gaëtan Laborde n’a eu aucun effet négatif sur la cohésion du groupe. “Non, non, ça n’a rien à voir avec Gaëtan et Andy… Ils sont avec nous, ça ne pose pas problème. J’espère qu’on va garder tout le monde“, a-t-il précisé au micro de Téléfoot. Au contraire, il a plus pointé du doigt l’absence de Savanier lors des cinq dernières rencontres comme point de rupture d’un point de vue collectif. Sans lui, Montpellier était coupé en deux. Avec lui, il a retrouvé des couleurs. “Ce qui nous a handicapé c’est d’avoir perdu Téji Savanier sur blessure. Puis, après, il a eu le Covid, ainsi que Stéphy Mavididi…

Se réinventer pour survivre : quelles solutions pour sortir la L1 du marasme

Der Zakarian salue la belle prestation de Monaco

Pointé du doigt pour certains de ses choix depuis deux mois, Der Zakarian a rassuré son monde : personne ne quitte le navire Montpellier. Il manque juste quelques détails à régler sur l’ensemble des 90 minutes pour retrouver le fil. D’ailleurs, il n’a pas hésité à vanter les qualités de Monaco, qui fait un beau 4e de la Ligue 1. “Des regrets ? Je ne sais pas. En première période, il y avait deux équipes qui essayaient de presser très haut et ils l’ont mieux fait que nous. Ils ont eu 2-3 situations et on s’est fait planter une nouvelle fois sur les coups de pied arrêtés où on est pas au marquage. On a manqué de présence dans la surface. Ce résultat, c’est aussi dû à Monaco qui a bien fait les choses, qui a bien pressé.”

Andy Delort est d’ailleurs allé dans le sens de son coach : Montpellier a payé cher ses manques du moment. “Je pense qu’on a réagi trop tard, et c’est ce qui a fait qu’on a perdu. Si on avait mis en première période, tout ce qu’on a mis en seconde période, il y aurait un autre résultat… Cela fait plusieurs fois cette saison. Souvent, on arrive à être sur tous les ballons en première période et ce soir ça a été l’inverse. C’est la différence avec les équipes qui sont devant nous.

Der Zakarian n’a pas passé de soufflante à son groupe pour sa pauvre prestation en première période : ni à la fin, ni à la mi-temps, ce n’est pas le genre de la maison. “Non ça n’a pas gueulé, ça ne sert à rien“, a-t-il justifié. “J’ai juste dit qu’il fallait être plus présent sur les seconds ballons et plus récupérer les ballons et c’est qu’on a fait après la pause. Au niveau mentalité, collectif, les joueurs se sont arrachés et on est aussi tombé sur une bonne équipe qui a été meilleure que nous en première période.”

Actuellement 8e du classement avec 28 points, Montpellier est à un carrefour de sa saison. Si l’Europe n’est qu’à cinq points devant (Rennes doit encore jouer sa rencontre de la 16e journée), le reste de la meute revient aussi à ses trousses. Pas sûr que le voyage au Parc des Princes prévu vendredi 22 janvier prochain tombe à pic. Mais c’est dans la difficulté qu’on trouve la voie.

Andy Delort et Elye Wahi lors de Montpellier – Monaco / 20e journée de Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ligue 1

Un succès précieux malgré une petite frayeur pour Monaco

IL Y A 3 HEURES

Ligue 1

Pochettino, positif au Covid-19, absent à Angers

IL Y A 6 HEURES

Lire la suite sur Eurosport.fr

Montpellier, la série noire continue : “On a réagi trop tard”

Mais qu’arrive-t-il à Montpellier ? Battu à La Mosson par l’AS Monaco (2-3), le club héraultais semble dans le creux de la vague en ce début d’année 2021. Cette défaite concédée dans son antre de la Mosson – un stade vide et c’est important de le préciser – a aggravé la série de matches sans victoire des hommes de Michel Der Zakarian. Cette série a donc été élargie à huit. Cela fait beaucoup pour un prétendant à l’Europe. Forcément des questions se posent sur les capacités des Héraultais à aller plus haut que leur 8e place, qui était aussi leur position lors de l’arrêt de la saison 2019-2020 au mois d’avril dernier.

Ligue 1

Le “playmaker”, ce poste si crucial du système de Pochettino

IL Y A UNE HEURE

Face à Monaco, Montpellier a coulé, mais n’a jamais sombré. A côté de la plaque en première période, et mené 0-2 à cause de nombreuses erreurs individuelles, le MHSC a réagi après la pause, principalement lors de l’entrée de Téji Savanier à la 53e minute, et failli revenir à 3-3 en deux temps, trois mouvements. C’est d’ailleurs son ancien portier, Benjamin Lecomte, qui a empêché l’improbable remontée des locaux en sortant une magnifique inspiration d’Andy Delort qui a ponctué dix minutes de folie. Memé 0-3 à la 63e minute, Montpellier a montré sa capacité de réaction. Et surtout qu’il y avait encore de la vie malgré les difficultés du moment.

Selon Michel Der Zakarian, qui a tenu à dédramatiser la situation que vivait son équipe, les rumeurs entourant son duo d’attaquants Andy Delort – Gaëtan Laborde n’a eu aucun effet négatif sur la cohésion du groupe. “Non, non, ça n’a rien à voir avec Gaëtan et Andy… Ils sont avec nous, ça ne pose pas problème. J’espère qu’on va garder tout le monde“, a-t-il précisé au micro de Téléfoot. Au contraire, il a plus pointé du doigt l’absence de Savanier lors des cinq dernières rencontres comme point de rupture d’un point de vue collectif. Sans lui, Montpellier était coupé en deux. Avec lui, il a retrouvé des couleurs. “Ce qui nous a handicapé c’est d’avoir perdu Téji Savanier sur blessure. Puis, après, il a eu le Covid, ainsi que Stéphy Mavididi…

Se réinventer pour survivre : quelles solutions pour sortir la L1 du marasme

Der Zakarian salue la belle prestation de Monaco

Pointé du doigt pour certains de ses choix depuis deux mois, Der Zakarian a rassuré son monde : personne ne quitte le navire Montpellier. Il manque juste quelques détails à régler sur l’ensemble des 90 minutes pour retrouver le fil. D’ailleurs, il n’a pas hésité à vanter les qualités de Monaco, qui fait un beau 4e de la Ligue 1. “Des regrets ? Je ne sais pas. En première période, il y avait deux équipes qui essayaient de presser très haut et ils l’ont mieux fait que nous. Ils ont eu 2-3 situations et on s’est fait planter une nouvelle fois sur les coups de pied arrêtés où on est pas au marquage. On a manqué de présence dans la surface. Ce résultat, c’est aussi dû à Monaco qui a bien fait les choses, qui a bien pressé.”

Andy Delort est d’ailleurs allé dans le sens de son coach : Montpellier a payé cher ses manques du moment. “Je pense qu’on a réagi trop tard, et c’est ce qui a fait qu’on a perdu. Si on avait mis en première période, tout ce qu’on a mis en seconde période, il y aurait un autre résultat… Cela fait plusieurs fois cette saison. Souvent, on arrive à être sur tous les ballons en première période et ce soir ça a été l’inverse. C’est la différence avec les équipes qui sont devant nous.

Der Zakarian n’a pas passé de soufflante à son groupe pour sa pauvre prestation en première période : ni à la fin, ni à la mi-temps, ce n’est pas le genre de la maison. “Non ça n’a pas gueulé, ça ne sert à rien“, a-t-il justifié. “J’ai juste dit qu’il fallait être plus présent sur les seconds ballons et plus récupérer les ballons et c’est qu’on a fait après la pause. Au niveau mentalité, collectif, les joueurs se sont arrachés et on est aussi tombé sur une bonne équipe qui a été meilleure que nous en première période.”

Actuellement 8e du classement avec 28 points, Montpellier est à un carrefour de sa saison. Si l’Europe n’est qu’à cinq points devant (Rennes doit encore jouer sa rencontre de la 16e journée), le reste de la meute revient aussi à ses trousses. Pas sûr que le voyage au Parc des Princes prévu vendredi 22 janvier prochain tombe à pic. Mais c’est dans la difficulté qu’on trouve la voie.

Andy Delort et Elye Wahi lors de Montpellier – Monaco / 20e journée de Ligue 1

Crédit: Getty Images

Ligue 1

Un succès précieux malgré une petite frayeur pour Monaco

IL Y A 3 HEURES

Ligue 1

Pochettino, positif au Covid-19, absent à Angers

IL Y A 6 HEURES

Lire la suite sur Eurosport.fr