Mondiaux de cyclisme sur piste: des vélos de l’équipe d’Italie dérobés

Le constructeur Pinarello a annoncé ce samedi que des vélos sur-mesure de l’équipe italienne de cyclisme sur piste avaient été dérobés dans la nuit de vendredi à samedi à Roubaix.

Scandale à Roubaix. Alors que les championnats du monde de cyclisme sur piste battent leur plein dans le Nord de la France, le constructeur Pinarello a annoncé ce samedi que les vélos de l’équipe d’Italie ont été dérobés dans la nuit de vendredi à samedi.

“Nous sommes choqués d’apprendre que tous nos vélos ont été volés la nuit dernière à Roubaix écrit la marque sur le réseau social. Tous les vélos sont peints dans des couleurs uniques et la plupart avec des guidons customisés en 3D et qui sont très importants pour les athlètes”, a expliqué le constructeur sur Instagram.

30 000 euros pour le vélo de Filippo Ganna

Certains vélos sur-mesure, dont ceux de l’équipe de poursuite masculine sacrée jeudi dernier, sont peints en or et leur valeur est estimée à 30 000 euros, selon La Gazzetta Dello Sport. Pinarello a demandé à sa communauté de lui écrire si elle aperçoit ses engins en vente sur internet ou ailleurs. La presse italienne rapporte que 20 vélos ont été volés, dont 15 machines utilisées sur la piste.

Les engins étaient rangés dans une camionnette, garée dans l’espace privé de l’hôtel Mercure de Lille, où séjourne l’équipe d’Italie pendant ces championnats du monde. Le convoi, également composé de matériel technique, devait rentrer en Italie dans les prochaines heures. Cet incident vient gâcher des Mondiaux pour l’instant réussis pour la Squadra et Filippo Ganna, médaillé de bronze lors de la poursuite individuelle et paré d’or sur la poursuite par équipe. Les championnats du monde de cyclisme sur piste se poursuivent jusqu’à ce dimanche à Roubaix.

Sur le même sujet

Les coureurs concernés, dont l’équipe masculine de poursuite, qui a confirmé à Roubaix son sacre olympique en s’offrant le titre mondial, avaient terminé la compétition, a précisé à l’AFP le comité d’organisation des championnats du monde. “Au-delà du coût financier, c’est aussi une perte technique et sentimentale”, a expliqué cette source, car il s’agit “la plupart du temps de vélos sur mesure, avec des réglages particuliers”.

Lire la suite sur RMC Sport