Ligue des champions: quels seraient le pire et le meilleur tirage pour le PSG?

La fin du suspense est proche. C’est ce vendredi, à partir de midi, que sera effectué le tirage au sort du tournoi final de la Ligue des champions (à suivre sur RMC Sport), qui se déroulera au Portugal du 12 au 23 août. Pour permettre la reprise de la compétition, après quatre mois d’interruption pour cause de coronavirus, l’UEFA a adopté un nouveau format basé sur des matchs “secs” à élimination directe sur terrain neutre. Le tirage permettra de connaître les affiches des quarts et celles, potentielles, du dernier carré. Avec le RB Leipzig, l’Atalanta Bergame et l’Atlético, le PSG fait partie des quatre clubs déjà qualifiés pour les quarts.

Quatre autres tickets restent donc à distribuer entre le Bayern et Chelsea, Barcelone et Naples, Manchester City et le Real, et la Juventus et l’OL. A ce stade de la compétition, et avec la suppression des confrontations aller-retour à partir des quarts, toutes les formations peuvent prétendre à la victoire finale. Mais sur le papier, une équipe comme le RB Leipzig pourrait être un tirage relativement bon pour le PSG. Attention, le club entraîné par Julian Nagelsmann a prouvé sa valeur cette saison en terminant en tête de son groupe en C1, devant un trio Lyon-Benfica-Zénith, et à la troisième place de la Bundesliga.

Leipzig sera privé de Werner

Formation jeune et décomplexée, Leipzig a également prouvé au tour précédent contre Tottenham (1-0, 3-0) qu’elle savait allier beau jeu et efficacité, en changeant aisément de système sans perdre en cohérence. Mais le départ de Timo Werner pourrait être difficile à combler. Impressionnant cette saison avec 34 buts toutes compétitions confondues, l’Allemand a rejoint Chelsea le mois dernier et décidé de ne pas disputer la fin de la Ligue des champions avec Leipzig pour se concentrer sur la saison à venir. Sans son meilleur joueur, le RBL reste un adversaire évidemment dangereux, mais fait tout de même moins peur.

Hériter de l’Atalanta Bergame ne serait pas non plus catastrophique pour le PSG. Là encore, il ne s’agit pas d’évoquer un tirage “facile”. Après des débuts compliqués pour leur première campagne de Ligue des champions, les hommes de Gian Piero Gasperini ont régalé leurs supporters (et pas seulement) face à Valence (4-1, 4-3), comme ils le font depuis des mois en Serie A. Bien partis pour terminer une nouvelle fois sur le podium du championnat, ils impressionnent par leur faculté à proposer semaine après semaine un jeu toujours aussi séduisant.

Le Bayern fait peur

Pour beaucoup, l’Atalanta est même le nouvel Ajax. Il n’empêche que la “Dea” pourrait finir par payer son inexpérience à ce niveau et que son style porté vers l’avant pourrait profiter au PSG. Face à une formation qui ne craint pas de prendre des risques, quitte à s’exposer, les flèches que sont Kylian Mbappé et Neymar pourraient profiter de situations de contres pour faire la différence. Face à Valence, l’Atalanta avait tout de même encaissé quatre buts en deux matchs. A l’inverse, le PSG peut redouter de tomber sur le Bayern Munich, le vainqueur du duel Real Madrid-Manchester City, ou encore le FC Barcelone. Après avoir remporté la Bundesliga et la Coupe d’Allemagne, le Bayern vise le triplé.

Vu sa formée affichée au moment de la reprise post-coronavirus, l’ogre bavarois s’affirme comme l’un des grands favoris au titre en Ligue des champions. Intenables, les coéquipiers de Robert Lewandowski n’ont plus perdu depuis le 7 décembre. “Nous avons montré que nous sommes la meilleure équipe en Allemagne. Maintenant, nous voulons montrer que nous pouvons jouer encore mieux en Ligue des champions”, expliquait récemment le Polonais, auteur de 51 buts en 43 apparitions cette saison. Seule interrogation: comment l’équipe va-t-elle gérer la période sans match officiel jusqu’au huitième retour contre Chelsea le 7 ou 8 août?

Le Real sur une série exceptionnelle

Pour le Barça, la donne est différente. Décevants depuis de longs mois, les hommes de Quique Setién sont en passe de perdre le titre de champion d’Espagne au profit du Real Madrid. Toujours fragiles derrière et loin d’être au point devant, même si le trio Suarez-Griezmann-Messi semble sur la bonne voie, ils devront se défaire de Naples (1-1 à l’aller) pour accéder au Final 8. Mais Barcelone reste Barcelone, un poids lourd en Europe avec dans ses rangs un génie capable de faire basculer une rencontre sur une inspiration. Et, forcément, l’évocation du Barça ne rappelle pas vraiment de bons souvenirs aux supporters parisiens.

Le club de la capitale doit aussi éviter le vainqueur du choc Real-City (2-1 à l’aller pour les Skyblues à Madrid). D’un côté, les Madrilènes sont sur une série royale avec sept victoires en autant de matchs disputés depuis la reprise. Lancés vers le titre en Liga, avec un Karim Benzema rayonnant, ils rêvent de décrocher une quatrième C1 en cinq éditions. Il leur faudra pour cela commencer par éliminer City. Dépossédés cette année de leur double titre de champion d’Angleterre par Liverpool, les protégés de Pep Guardiola veulent se rattraper sur la scène européenne, eux qui sauront lundi s’ils sont exclus ou non de toute Coupe d’Europe durant deux ans pour avoir enfreint les règles du fair-play financier. Seul problème: Sergio Agüero, opéré fin juin, pourrait ne pas rejouer d’ici la fin de la saison.

>> La Ligue des champions est à suivre sur RMC Sport, cliquez ici pour vous abonner à nos offres

Lire la suite sur RMC Sport