Ligue 1: Rudi Garcia n’aurait pas été toujours favorable à une reprise

Ce dimanche, la conférence de presse du Premier ministre, Edouard Philippe, où des premières tendances sur les modalités du déconfinement à partir du 11 mai devraient être annoncées, pourrait donner de nouvelles indications quant à une reprise du sport de haut niveau. Et donc de la Ligue 1. Si le football amateur a définitivement arrêté sa saison, les divisions professionnelles espèrent toujours achever l’exercice en cours. La Ligue 1 table sur une reprise des entraînements mi-mai pour un retour au jeu, très probablement à huis clos, m-juin. Le tout avec une fin de championnat fin juillet.

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

Un schéma de reprise conditionné évidemment aux directives gouvernementales et à l’assurance pour tous les acteurs qu’une reprise du jeu puisse se faire dans de bonnes conditions sanitaires. Interrogé ce dimanche par L’Equipe, Rudi Garcia semble favorable à un retour du championnat, mais sous conditions. “Après deux mois de confinement, jouer tous les trois jours, ce n’est pas envisageable, ce n’est pas raisonnable, appuie l’entraîneur de l’OL. On va au-devant de blessures et de grosses fatigues. Ce qu’on vit en ce moment, c’est tout sauf des vacances.”

L’idée de Garcia ne convainc pas ses homologues

Mais toujours selon le quotidien, Rudi Garcia n’aurait pas toujours été favorable à une reprise de la Ligue 1. Au début de la crise du coronavirus, l’entraîneur de l’OL a créé un groupe WhatsApp réunissant les entraîneurs de Ligue 1 et de Ligue 2, à la demande de l’UNECATEF, le syndicat des entraîneurs, et de Raymond Domenech, président de celui-ci. Le but initial de ce groupe a été atteint avec une levée de fonds dans la lutte contre le coronavirus qui a permis d’atteindre 120.000 euros.

Ce groupe a ensuite dévié sur un forum de discussions entre entraîneurs au sujet de la crise traversée par le football. Selon les informations de L’Equipe, Rudi Garcia avait soumis à ses collègues l’idée de ne pas reprendre. “Rudi avait initié cette possibilité, indique au quotidien un entraîneur de L2 membre du groupe. Il nous disait par exemple de ne pas nous laisser faire. On s’est demandé quel était son but? De vouloir s’aligner sur la position de son président (Jean-Michel Aulas) qui avait parlé d’une saison blanche?” Une volonté qui n’a pas emporté l’adhésion de ses pairs. Au point désormais de ne pas se montrer lui-même aujourd’hui opposé à une reprise de la Ligue 1.

Lire la suite sur RMC Sport