Ligue 1: Rivère trouve “assez drôle” le soutien d’Aulas et explique son projet

Un sourire non dissimulé. Invité de Team Duga, ce lundi sur RMC, Jean-Pierre Rivère a commenté avec une pointe d’ironie le soutien de Jean-Michel Aulas à son plan de reprise pour la Ligue 1. Le président de Nice a vu son homologue lyonnais soutenir publiquement sa proposition, qui table sur un retour du championnat de France à la fin de l’été. Fin août-début septembre. 

“C’est assez drôle, a réagi le dirigeant du Gym. Il y a encore quarante-huit heures, avec huit autres présidents, dont Jean-Michel, je disais qu’on devrait porter mon idée parce qu’elle apporte du temps et du recul pour mettre en place les choses. Jean-Michel m’a dit: ‘Jean-Pierre, il y a entre 0 et 5% de chances que ton idée voit le jour, elle n’est pas cohérente. Enfin, ce n’est pas qu’elle n’est pas cohérente, mais elle n’est pas crédible. Je vois qu’aujourd’hui, il partage cette idée et j’en suis ravi.”

“Résoudre le problème sanitaire avant le problème financier”

A l’heure où les dates de reprise font l’objet d’un vaste de débat dans l’Hexagone, Rivère appelle ses pairs à temporiser. “Je demande de prendre du temps, il ne faut pas faire n’importe quoi, explique-t-il. Je me plierai à l’avis collectif, bien sûr, mais aucun président ne souhaite prendre des risques sanitaires. J’ai du mal avec l’idée de cette reprise précipitée. On a un vrai problème sanitaire, on ne sait pas le résoudre. J’ai proposé de décaler tout le calendrier pour jouer sur un rythme normal. Je ne sais pas si fin août-début de septembre on pourra jouer au football, mais on pourra prendre le temps de se préparer.”

Reste la difficulté à mettre en place un tel calendrier. “C’est un projet qui doit être porté par toute l’Europe, pas que par la France, reconnaît le président des Aiglons. Mais avec une telle crise sanitaire, il faut se donner le temps et peut-être modifier les règles pour améliorer notre football. Dans ce que je propose, il y a un surcoût pour les clubs, oui, mais c’est secondaire. Il y a des gens compétents dans le foot. Si on a la sagesse de regarder la situation, de se mettre tous autour d’une table, on peut résoudre d’abord le problème sanitaire avant le problème financier. Tout le monde doit faire des efforts pour sauvegarder notre football.”

Lire la suite sur RMC Sport