Ligue 1: le gardien de Brest explique pourquoi il est contre la reprise

Contrairement à ce qu’il estime, sa voix pourrait compter dans les prochaines semaines, lorsqu’une décision sera prise concernant la saison 2019-2020 de Ligue 1, stoppée à cause du coronavirus. Gautier Larsonneur, gardien du Stade Brestois, a livré un témoignage très fort à l’antenne de RMC ce lundi soir. Issu d’une famille de marins-pêcheurs du Conquet, ce Breton a des convictions et il les assume. Courageusement.

“Comme tout footballeur, je suis pour une reprise si les normes sanitaires sont respectées, a-t-il expliqué à propos des championnats suspendus par la pandémie. Mais je pense qu’aujourd’hui, il est quasiment impossible de faire une reprise du football en étant sûr à 100% qu’il n’y a aucun risque. Ce n’est pas raisonnable de reprendre à l’heure actuelle. Après, dans un ou deux mois, la situation aura peut-être évolué, mais à l’heure actuelle, je suis contre la reprise du championnat. La santé doit primer avant tout.”

>> Ligue 1: Rivère trouve “assez drôle” le soutien d’Aulas et explique son projet

“On suivra ce que les hautes instances diront”

Le portier brestois s’est donc rangé du côté de ses pairs, ces nombreux footballeurs professionnels – une majorité selon une consultation menée par l’UNFP, leur syndicat – qui craignent pour leur santé et sont hostiles à “une reprise des championnats dans ces conditions”.

“Ce n’est pas nous qui prenons les décisions, a-t-il cependant ajouté. On suivra ce que les hautes instances diront. Nous sommes dans l’attente de leur décision. Nous ferons en sorte que le Covid-19 ne s’invite pas dans chaque club de Ligue 1. Maintenant, si un joueur de Ligue 1 le contracte, il y a quinze jours d’incubation et on ne peut plus jouer pendant quatorze jours, ce qui nous fait quatre matches perdus. C’est trop impactant pour une équipe qui joue le haut ou le bas de tableau.”

Larsonneur: “J’ai peur de le donner à ma famille”

Gautier Larsonneur soulève un problème majeur. Dans les faits, les modalités du déconfinement et les risques d’un retour à la compétition n’ont pas encore été définis. Et pour cause, on ne sait pas tout du coronavirus. Trop d’éléments échappent encore aux scientifiques, si bien qu’un vaccin n’est pas espéré avant septembre 2021. La mise en sécurité des joueurs et de leur entourage sera-t-elle garantie dès la reprise des activités, espérée pour le mois prochain ? Des doutes subsistent.

“Il y a des régions qui sont plus touchées que d’autres, a rappelé Gautier Larsonneur. On doit se déplacer à Strasbourg dans les dix matchs qui nous restent, aller à Paris aussi. On a de la chance en Bretagne d’être plutôt épargnés par le Covid-19. Maintenant, alors qu’on sait tous comment cette région strasbourgeoise a été impactée, est-ce qu’il est judicieux pour une délégation de 30 Brestois de se rendre en Alsace et de revenir en côtoyant des gens? Je ne sais pas. Mais j’ai peur de le contracter, j’ai peur de le donner à ma famille.”

Lire la suite sur RMC Sport