Ligue 1: le football français désormais “plus vulnérable”, selon un think-tank

L’impossibilité pour la Ligue 1 de reprendre la saison 2019-2020 suscite de nombreux commentaires parmi les acteurs du football européen. Parmi eux, le think-tank Alliance mondiale pour l’intégrité dans le sport (SIGA) estime que ce choix est “très dangereux” et “rend son football plus vulnérable”. Une déclaration effectuée dans le cadre d’une conférence organisée mercredi avec le syndicat mondial des footballeurs et footballeuses (Fifpro) et deux représentants des associations des ligues et des clubs européens (ECA).

“Ne nous voilons pas la face, il y aura moins d’argent. Moins de droits TV, moins de revenus commerciaux et des stades à huis clos”, a par ailleurs alerté la SIGA, en évoquant la situation globale du football européen face à la pandémie de coronavirus, dans des propos rapportés par Pierre Rondeau, consultant économie du sport de RMC Sport.

“Construire un nouveau football plus humain”

“La meilleure solution est de finir les championnats”, a ainsi abondé Lars-Christer Olsson, président de l’association European Leagues. “On ne peut pas décider du classement sur un bureau pendant une réunion. Donc, si cela est possible, je suis favorable pour qu’on termine l’actuelle saison. (…) Le scénario de terminer la saison à la rentrée et de retarder la saison prochaine est possible. Mais aucune décision sera prise avant la fin mai. On ne peut pas encore prendre ce genre de décision”, a-t-il ajouté.

Quant à la Fifpro, le syndicat international des joueurs, l’inquiétude sur les conditions sanitaires de la reprise du football demeure la priorité absolue. Avec le souhait, pour l’après-crise, de voir les cartes rebattues: “Les changements, s’ils ont lieu, doivent être pris avec les joueurs, les principaux acteurs. Aucune décision ne peut être prise autrement. Ce n’est pas une question de leadership ou de compétence, c’est juste normal, nous sommes tellement nombreux. Il y a une opportunité de construire un nouveau football plus égalitaire, plus humain, plus juste, plus soutenable et durable. Le modèle économique doit être rechangé, il n’est pas capable de faire face à une crise. Mais cela doit être réfléchi avec les joueurs”.

Lire la suite sur RMC Sport