La Rochelle : James, départ imminent

Un monument du Top 14 s’apprête à quitter la scène hexagonale : Brock James va quitter la France, à l’intersaison. L’ouvreur, futur retraité des pelouses, n’a pas trouvé le poste espéré sur un banc de touche. Sa femme a officialisé la nouvelle sur son compte Instagram, ce samedi matin : “Nous aurions aimé rester en France mais à l’instant présent, il n’y a pas de place de coach disponible. (…) Il est peu probable de le voir jouer ses derniers matchs en France avec la compétition à l’arrêt.” L’heure du départ n’a pas encore sonné mais le préavis est posé : “Nous restons ici jusqu’à la fin de l’été”, précise Libby James.

Le vétéran de 38 ans, troisième réalisateur de l’histoire de la poule unique avec 2494 points au compteur, était revenu à La Rochelle, l’an passé : il a porté à seize reprises les couleurs maritimes, cette saison, toutes compétitions confondues. Un temps, il avait été question d’un poste d’adjoint au sein de l’encadrement mais l’Australien avait finalement poursuivi sa carrière de joueur une saison de plus. Après seize ans au plus haut niveau, il va donc couper avec la compétition. “Ce n’est pas de cette manière que tu avais envisagé finir ta carrière française mais quel succès ça a été. Tous ceux qui t’ont croisé seront d’accord”, résume sa compagne, avant de se remémorer le début de l’aventure tricolore : “Nous avons emménagé en France il y a quinze ans. Avec un contrat d’un an. Je n’oublierai jamais notre arrivée à Clermont-Ferrand, nous demandant où est la plage. (…) Ca n’a pas été une croisière tranquille et ce n’est pas facile de vivre loin de ceux que l’on aime mais nous l’avons fait.

“Peut-être comme entraîneur en chef de l’ASM…”

Toute la famille, avec les deux enfants nés en France, va prochainement mettre le cap vers l’hémisphère Sud : “C’est avec le coeur lourd que nous refermons ce chapitre de nos vies mais nous sommes très excités à l’idée de revenir en Nouvelle-Zélande, proche des nôtres.” Avant de débarquer en Auvergne, Brock James avait évolué en Australie, chez les Reds, mais avait aussi porté les couleurs de Taranaki. Ce n’est peut-être qu’un au revoir, après tout, pour ce francophone et amoureux de l’Hexagone : “Nous avons des passeports français et la citoyennenté. Ca veut dire que l’on peut revenir quand l’on veut. Tout ça grâce à tes efforts et à ton travail. (…) Je suis convaincu qu’un jour, nous serons de retour (qui sait, peut-être comme entraîneur en chef de l’ASM)“, conclut Libby James. A Marcel-Michelin, il serait sans nul doute accueilli à bras ouverts : il y a écrit les plus belles pages de son aventure sportive avec dix ans de loyaux services et la conquête du premier titre de champion de France du club, en 2010.

Lire la suite sur Eurosport.fr