La présidence de la LNR? Mourad Boudjellal ne “s’interdit rien”

“S’il y avait un patron à la Ligue, on n’entendrait pas les présidents!” Le Super Moscato Show est une émission où on mâche rarement ses mots, et Mourad Boudjellal est de toute façon pas un habitué de l’exercice. Ce jeudi, l’ancien président du Rugby Club toulonnais avait des comptes à régler avec la Ligue nationale de Rugby, et il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère.

Au-delà de la passe d’arme sur les comptes des uns et des autres, entre la Ligue et Boudjellal avec la DNACG interposée, un dossier déjà expliqué ici, Boudjellal s’est livrée à une attaque en règle de la direction actuelle de la LNR, présidée par Paul Goze: “Aujourd’hui, le grand danger actuel des clubs, c’est la Ligue.” Il a brandit la menace d’une ligue privée rassemblant tous les clubs du TOP 14, sur l’exemple anglais, où “chaque club a pris 25 millions. En France, cela règlerait beaucoup de problèmes.” 

Alors, candidat Mourad? Pas forcément. “On peut avoir un programme et ne pas être candidat. On peut avoir un programme pour que d’autres s’en inspirent. Moi je crois que les clubs devraient se révolter contre la Ligue.” Mais s’il n’a pas déclaré sa candidature, Mourad Boudjellal, ne s’interdit rien”.

En octobre 2016, Mourad Boudjellal avait échoué dans cette même entreprise, laissant la place à Paul Goze pour un mandat de quatre ans qui arrive à échéance… en octobre prochain.

Lire la suite sur RMC Sport