Kevin Garnett rumine encore contre le propriétaire des Wolves

Les honneurs envers Kevin Garnett se sont multipliés en 2020. Les Celtics ont tout d’abord annoncé que son maillot n°5 serait retiré au plafond du TD Garden au cours de la prochaine saison. Une décision logique pour celui qui a remporté une bague à Boston et le titre de Meilleur Défenseur de l’Année en 2008. Puis, ce week-end, la NBA a officialisé la présence de KG dans la future classe de Hall Famer 2020 au même titre que Tim Duncan et Kobe Bryant. Ces deux cérémonies ne font pas oublier celle qui devrait être la plus évidente : meilleur joueur de l’Histoire des Timberwolves, Garnett n’a toujours pas son maillot retiré là-bas. Après 14 saisons chez les Timberwolves, KG est en tête de toutes les catégories alltime de la franchise. Il est même revenu au bercail en fin de carrière pour boucler la boucle sous les ordres du coach Flip Saunders. Mais, sa relation avec le propriétaire des Wolves, Glen Taylor, a atteint le point de retour. Dans un entretien publié par The Athletic, le futur Hall Famer est revenu sur cette brouille :

 

Il n’y a aucune raison de se plaindre et il faut tout simplement continuer à avancer. Je chéris mes années dans le Minnesota et avec cette communauté. Mais à ce stade, je ne veux aucune relation avec Glen Taylor, son entreprise ou qui que ce soit en rapport avec lui. J’aime mes Timberwolves, j’aimerai toujours mes gars et ceux qui ont sué avec moi là-bas. J’aurai toujours une place spéciale pour la ville de Minneapolis et pour cet état. Mais, je ne fais pas affaire avec des traîtres.

 

Après le décès de son mentor Flip Saunders, KG est devenu actionnaire minoritaire de la franchise et était prêt à s’investir davantage. Mais, Glen Taylor a choisi Tom Thibodeau comme coach et general manager à ce moment-là. Une décision restée en travers de la gorge de Garnett. Malgré la proposition de Taylor pour retirer son maillot, KG a refusé.

 

Glen sait où j’en suis, je ne plaisante pas avec ça. Tout d’abord, son annonce ne m’a pas paru authentique. Ensuite, il subit la pression de nombreux fans et je suppose de la communauté là-bas. Glen et moi nous nous entendions avant et quand Flip est décédé, cette entente a disparu avec lui. Pour cela, je ne lui pardonnerai pas. Je pensais que c’était un homme droit, un businessman droit, et quand Flip est mort, tout a volé en éclats.

Lire la suite sur Insidebasket.com