JO 2020: la fédération américaine d’athlétisme demande un report, la pression monte

La pression se fait de plus en plus forte. La puissante fédération américaine d’athlétisme a demandé à son tour le report des Jeux olympiques de Tokyo 2020 (24 juillet-9 août) en raison de la pandémie de coronavirus, demandant aux responsables olympiques américains de relayer cette demande auprès du Comité international olympique (CIO). Dans une lettre adressée au comité olympique et paralympique américain, le patron de l’athlétisme américain Max Siegel estime que poursuivre les préparatifs des JO “ne serait pas dans le meilleur intérêt de nos athlètes”. La veille, c’est la Fédération américaine de natation qui a demandé le report.

“Nos athlètes subissent une énorme pression”

Dans sa lettre, Max Siegel cite la santé et la sécurité des sportifs pour justifier cette demande, ainsi que le bouleversement du calendrier, avec l’annulation ou le report de compétitions et des entraînements, de nombreux athlètes étant confinés à cause de la pandémie. “Nos athlètes subissent une énorme pression, du stress et de l’anxiété. Leur santé mentale et leur bien-être sont une priorité pour nous”, affirme-t-il.

“La meilleure et la plus responsable décision est de faire passer la santé et la sécurité de chacun avant tout, et de bien voir les effets que cette situation difficile a eu et continue d’avoir sur nos athlètes et leur préparation aux Jeux olympiques”, ajoute le patron de USA Track & Field, tout en reconnaissant qu’il n’y a “pas de solution parfaite”.

Le CIO veut attendre

En France, la Fédération de natation a également officiellement réclamé ce samedi le report de ces JO, au nom de l’urgence sanitaire et de l’équité sportive, suivant ainsi l’exemple de son homologue américaine. “Le report parait tellement évident. Tous nos athlètes sont à l’arrêt, ils sont retournés chez eux. Tous les piscines municipales des collectivités ont été fermées. Nous ne sommes pas dans les conditions de pouvoir continuer de s’entraîner, ni de préparer les Jeux olympiques”, a expliqué sur RMC le président de la Fédération française de natation Gilles Sezionale.

Avant ces demandes, le CIO a maintenu sa position, à quatre mois de la cérémonie d’ouverture. “Nous ne savons pas ce que sera la situation” dans quatre mois, a rappelé vendredi le patron du CIO, Thomas Bach. Selon lui, il ne serait donc “pas responsable aujourd’hui” de “prendre une décision” qui serait “prématurée”.

Pas de report depuis la Seconde Guerre mondiale

Reporter les Jeux serait une décision inédite depuis la Seconde Guerre mondiale. Depuis le début des JO modernes (Athènes en 1896), ni les boycotts (en 1980 à Moscou et 1984 à Los Angeles), ni les virus Sras (en 2003) ou zika (avant les JO de Rio 2016) n’ont eu raison des Jeux. Seules les guerres mondiales ont entraîné l’annulation pure et simple des JO prévus en 1916 à Berlin ou en 1940, déjà au Japon, à Sapporo (hiver) et Tokyo (été). Il en a été de même pour les JO 1944 à Cortina d’Ampezzo (hiver) et Londres (été).

Il semble pour autant difficile d’imaginer une édition des Jeux se dérouler sans les Américains en natation et en athlétisme, comme ce fut le cas à Moscou en 1980. A l’initiative des Etats-Unis, une soixantaine de pays avaient décidé de boycotter ces Jeux pour protester contre l’invasion soviétique de l’Afghanistan.

>> Le sport impacté par le coronavirus, toutes les infos en direct

Lire la suite sur RMC Sport