Jeep Elite: pas favorable à la fusion des saisons, le président de Chalon tacle la LNB

Mais où va le basket français? La LNB a décidé de suspendre la saison de Jeep Elite mais elle ne ferme aucune porte quant à une possible reprise.  Parmi les plans étudiés par la Ligue, un retour à la compétition au début du mois de septembre avant d’enchaîner sur la saison suivante avec les mêmes équipes et en tenant compte du nombre de points obtenus lors de l’exercice en cours. Une sorte de fusion de deux saisons.

“Pas le moment de partir sur des choses compliquées”

“C’est inédit, rigole Dominique Juillot, président Chalon-sur-Saône Basket, 12e de Jeep Elite, ce dimanche sur RMC. Cela peut paraître séduisant. On va reporter des matchs, faire en sorte qu’il n’y ait pas de saison blanche, de façon à ce que les classements puissent s’additionner. Mais quand on réfléchit bien, au-delà des incertitudes sanitaires, cette formule a beaucoup d’inconvénients. D’abord un inconvénient moral. C’est la double peine pour les gens. Additionner deux saisons, c’est handicaper dès le début de l’autre saison les équipes qui auraient fait un mauvais début de championnat.” Le patron de Châlon rappelle aussi l’absence de jurisprudence dans un cas comme celui-là et donc la crainte de nombreux recours: “Ce n’est pas le moment de partir sur des choses compliquées.”

>> La Jeep Elite, c’est en exclusivité sur RMC Sport

“La gouvernance est absente ou alors elle est autoritaire”

En colère contre la LNB qui “se ridiculise” par son manque de lisibilité selon lui, Stephen Brun “ne veut pas d’une saison blanche.” Pour le consultant RMC Sport, le basket devrait prendre exemple sur la D1 de hand qui a interrompu définitivement son championnat en décernant les honneurs en fonction de la dernière journée disputée. “On se ridiculise, on tergiverse, abonde Dominique Juillot. La gouvernance est absente ou alors elle est autoritaire et ça ne me convient pas du tout. On est en train de fracturer la Ligue.”

Juillot favorable à un championnat à 20 clubs

Le patron de Châlon ne se contente pas de contester le projet de la LNB, il est aussi force de propositions. Après avoir rappelé que les droits TV ne représentent que 5% du budget, il a quelques idées pour un retour au “calme”: “Faisons une année à 20 clubs en maintenant tout le monde et en faisant monter deux clubs de Pro B parce qu’il y a des gens qui ont bien travaillé. Un club comme Blois l’a bien mérité. Je fais confiance aux présidents de Pro B pour se mettre d’accord sur la deuxième équipe qui va monter. On va soulager l’aspect sportif, enlever de la pression. On en aura besoin car on aura des budgets qui seront nettement inférieurs. Peut-être qu’il faut enlever des joueurs étrangers, on fera jouer des jeunes et on sera tout aussi compétitifs”, conclut le dirigeant de l’Elan Chalon.

Lire la suite sur RMC Sport