Ineos pourrait se “retirer” du Tour si les protections contre le coronavirus sont insuffisantes

Dave Brailsford avait un message à faire passer. Alors que le Tour de France a été reporté au 29 août, le manager d’Ineos espère que les mesures de protection contre le coronavirus y seront suffisantes. Dans le cas inverse… “Nous nous réservons le droit de nous retirer si nous estimons que c’est nécessaire” et notamment si le risque n’est pas traité “d’une façon adaptée, intelligente et responsable“, a-t-il déclaré au Guardian.

Tant que la course est au programme, nous envisageons de participer, mais dans le même temps, nous observerons la façon dont les choses vont évoluer“, a-t-il ajouté, estimant que c’était une “attitude sensée, responsable et raisonnée“. Toutes les éditions du Tour de France depuis 2012 sauf une (2014) ont été remportées par un coureur de l’équipe britannique, auparavant nommée Sky.

Un départ avec des coureurs placés en quarantaine ?

Dave Brailsford a été rejoint par le manager de l’équipe américaine Education First, Jonathan Vaughters, dont l’équipe attend aussi des “mesures d’atténuation” du risque convaincantes bien avant le départ. “Ce serait probablement une bonne idée que les coureurs soient placés en quarantaine avant le départ“, a par exemple suggéré Jonathan Vaughters, qui ne comprend pas le rejet d’un Tour à huis clos.

Vidéo – “Il y aura des écarts de niveau, le Tour peut être palpitant”

02:14

Je sais que ce ne serait pas conforme à la tradition mais cela me semble une bonne option parce que ça réduit les risques. Je ne veux pas que cette piste soit écartée. Si j’étais (les organisateurs), je considèrerais cela comme une option sérieuse“, a-t-il argumenté. ASO, l’organisateur du Tour, a décidé mercredi après une réunion avec l’UCI et les représentants des équipes et des coureurs, de repousser de deux mois le départ de la Grande Boucle, qui devait se tenir du 27 juin au 19 juillet, dans l’espoir que la pandémie de Covid-19 ait suffisamment reculé pour permettre un déroulement normal de la course centenaire.

L’attitude d’ASO semble être “c’est soit comme on a toujours fait soit pas du tout, ce qui me semble être une sorte d’aveuglement de leur part. Il vaut mieux prendre ces mesures supplémentaires que de ne pas avoir de course du tout“, a conclu Jonathan Vaughters.

Lire la suite sur Eurosport.fr