F1: prodige des circuits, Théo Pourchaire doit passer… son permis de conduire

0 0
Read Time:1 Minute, 52 Second

Le jeune pilote français Théo Pourchaire (18 ans), qui évolue en Formule 2, passe ce vendredi son permis de conduire à Grasse, alors que la F1 se rapproche à grand pas pour lui.

Candidat au titre de Formule 2, l’antichambre de la F1, Théo Pourchaire profite de l’intersaison pour accomplir une tâche qui paraît déconcertante par rapport à son activité et son talent: passer son permis de conduire. Comme le raconte Le Parisien, le plus grand espoir français du sport automobile prend part ce vendredi à son examen de conduite. Il le réalise dans les Alpes-Maritimes, à Grasse.

Pour Théo Pourchaire, qui a fêté ses 18 ans en août dernier, la trêve hivernale est le moment idéal pour tenter de décrocher ce sésame indispensable. Car s’il n’en a pas besoin pour courir en F2 et aller chercher des records de précocité sur le sinueux et exigeant tracé de Monte-Carlo à Monaco, le pilote de l’écurie tricolore ART Grand Prix doit impérativement posséder le permis de conduire pour avoir le droit de disputer des courses de F1.

Le permis requis pour la Super Licence

Si une écurie de F1 fait appel à lui pour la saison 2023, Théo Pourchaire devra être le titulaire d’une Super Licence de la Fédération internationale de l’automobile (FIA). Cette certification est délivrée selon plusieurs critères sportifs, mais nécessite aussi la détention d’un permis de conduire en cours de validité.

Cette réglementation n’a pas toujours existé. Elle est même assez récente, ce qui explique que Max Verstappen ait pu devenir, à 17 ans et 166 jours en mars 2015, le plus jeune pilote de l’histoire de la F1, alors qu’il ne possédait pas le permis.

Sur le même sujet

Cinquième du classement final de la saison 2021 de F2, Théo Pourchaire a rempilé avec ART Grand Prix, écurie connue pour avoir fait émerger Nico Rosberg, Lewis Hamilton, Romain Grosjean, Nico Hülkenberg et Jules Bianchi. S’il remporte le championnat cette année, le jeune homme ne pourra pas défendre son titre. Le règlement l’en empêche. Dans tous les cas, les portes de la F1 pourraient s’ouvrir en 2023. Déjà, pour cette année 2022, Alfa Romeo avait songé à lui, avant de se rabattre sur le lucratif Guanyu Zhou.

Lire la suite sur RMC Sport

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Plus d’opérations, moins d’argent : Le montant des transferts au plus bas depuis cinq ans
Next post Qualifications : Couacaud défait, zéro pointé pour les Bleus