F1: Horner-Wolff, deux rivaux en quête du titre

Depuis le début de la saison, Christian Horner et Toto Wolff, respectivement directeurs de Red Bull et Mercedes, s’adonnent à une bataille entre paddocks, tandis que leurs pilotes se disputent le titre de Formule 1.

Il aura fallu que Lewis Hamilton envoie valser la monoplace de Max Verstappen lors du premier tour du Grand Prix de Silverstone, le 18 juillet dernier, pour que la relation entre Toto Wolff, directeur de Mercedes et Christian Horner, directeur de Red Bull, atteigne un point de non-retour.

“Tout pilote qui a conduit sur ce circuit sait qu’on ne met pas une roue à l’intérieur dans Copse (le nom du virage où s’est produit l’accident, ndlr)”, a réagi Christian Horner, par radio au directeur de course Michael Masi. C’est un énorme accident. C’était à 100% le virage de Max. En ce qui me concerne, la faute revient à Hamilton qui n’aurait jamais dû se trouver dans cette position. Il aurait pu y avoir un accident gigantesque. Heureusement, il en est sorti indemne.” Toto Wolff, de son côté, condamne les propos de son homologue et défend son pilote. “Je pense que les commentaires qui ont été faits, sûrement par émotion, n’ont pas à être adressés ainsi directement contre un septuple champion du monde.”

“Plus Toto s’énerve, plus ça devient amusant !”

Si les conflits entre les deux hommes se sont intensifiés, c’est surtout parce que pour la première fois depuis 2014, Red Bull vient concurrencer le champion du monde en titre. Dans les paddocks, Toto Wolff et Christian Horner laissent donc rarement passer l’opportunité de se lancer des piques. “Nous adorons la compétition et plus Toto s’énerve, plus ça devient amusant”, ironise Horner au micro de Channel 4. Olivier Panis, pilote de Formule 1 de 1994 à 2004, estime que cette rivalité sonne comme un jeu entre les deux protagonistes: “Ils se connaissent très bien et je pense qu’ils s’aiment bien, mais forcément, chacun défend ses intérêts. Et puis, cette rivalité, c’est médiatiquement plus intéressant pour les deux personnages et pour la Formule 1. Moi ça me fait rire !”.

Après Silverstone, l’accrochage de Monza

Quelques semaines après l’incident de Silverstone, à Monza, c’est Red Bull qui écope d’une pénalité après un accrochage spectaculaire avec la voiture de Lewis Hamilton. Une “faute tactique de Verstappen”, “Max savait probablement que si Lewis restait en tête, c’était peut-être la victoire”, dénonce Toto Wolff après la course. Horner, lui, affirme à Sky Sports que “Lewis aurait dû lui laisser plus de place”.

Sur le même sujet

Pour Olivier Panis, la bataille entre les deux écuries est une aubaine pour la Formule 1, jugée ennuyeuse par son manque de compétitivité depuis quelques années: “Je trouve que la saison est superbe, il y a de vraies bagarres, cette année je m’intéresse beaucoup plus aux Grands Prix, c’est magique”. La prochaine bataille entre les deux équipes aura lieu ce dimanche à l’occasion du Grand Prix de Turquie. Pour l’heure, Lewis Hamilton pointe toujours à la première place du classement des pilotes, avec seulement deux points d’avance sur Max Verstappen. Mais le Britannique pourrait partir loin de son rival après avoir écopé d’une pénalité de dix places sur la grille de départ.

Lire la suite sur RMC Sport