Elijah Manangoi, champion du monde du 1.500m, suspendu deux ans

La décision a été officialisée ce vendredi, par l’Unité d’intégrité d’Athlétisme (AIU): le Kenyan Elijah Manangoi est suspendu pendant deux ans “pour défauts de localisation”.

Manangoi a été reconnu coupable d’avoir manqué trois contrôles antidopage inopinés le 3 juillet 2019, le 12 novembre 2019 et le 22 décembre 2019. Selon les règles antidopage en vigueur, les athlètes doivent indiquer leurs localisations géographiques aux instances de lutte contre le dopage 90 jours à l’avance, afin de permettre des contrôles inopinés hors compétition chaque jour de l’année. Trois manquements à ces obligations en douze mois constituent une infraction antidopage.

Des règles de localisation qui visent “à protéger les sportifs”

Le champion du monde de 1.500m à Londres en 2017, manquera donc les prochains Jeux olympiques de Tokyo, reportés à l’été 2021. Cette interdiction entre en vigueur “à la date du troisième manquement aux règles de localisations”, c’est-à-dire à partir du 22 décembre 2019 et se terminera le 21 décembre 2021. Elijah Motonei Manangoi est donc disqualifié de tous les résultats obtenus depuis cette date, a signifié l’AIU. Selon le jugement, l’athlète de 27 ans “a accepté les conséquences de sa violation antidopage”.

Une nouveau coup dur pour l’athlétisme après la récente suspension de deux ans de Christian Coleman, annoncé fin octobre, à la suite des manquements à ses obligations de localisation antidopage. Il y a quelques mois, le président de la Fédération internationale d’athlétisme Sebastian Coe avait exhorté les athlètes à prendre au sérieux ces règles de localisation, qui visent “à protéger les sportifs”, dans un entretien à BBC Sport.

Lire la suite sur RMC Sport