Draft Prospect 2020 : Robert Woodard II, le Mississippi coule dans ses veines

  • CARACTÉRISTIQUES INDIVIDUELLES

Équipe : Mississippi State Bulldogs (Sophomore)

Âge : 21 ans

Taille : 2m01

Poids : 107 kg

Envergure : 211 cm

Poste : Arrière

Comparaison actuelle : Chandler Parsons (Atlanta Hawks)

Robert Woodard fait très certainement partie des meilleures progressions de l’année dans la catégorie des Sophomore. Passé d’un statut de role player à celui de scoreur fiable en attaque, le natif de Columbus a surtout vécu une saison en dent de scie au niveau de ses prestations individuelles et celles de son équipe qui faisait pourtant tant rêver sur le papier. Aux côtés de talents offensifs comme Reggie Perry, Tyson Carter et Nick Weatherspoon, les Bulldogs ont fait preuve de suffisance de décembre à janvier, en perdant plusieurs matchs après des débuts de rencontres compliquées, courant après le score à presque chacune de leur défaite et gâchant plusieurs occasions de remporter des victoires dans le moneytime (bilan de 11 victoires pour 7 défaites dans la Southeastern Conference). Woodard n’a pas été exampt de tout repproche sur ce point, se montrant encore très maladroit en attaque et gâchant parfois plusieurs actions décisives, mais sa progression et son style de jeu engagé sur un terrain ont fini par séduire son coach Ben Howland et plusieurs recruteurs du pays.

  • QUALITÉS : un profil polyvalent potentiel 3&D

Profil résolument tourné vers l’attaque, Robert Woodard s’est surtout illustré depuis ses débuts à la fac par ses qualités de finisseur près du cercle, grâce à des dimensions physiques très avantageuses, une détente et une vitesse de jeu et d’exécution supérieures à la plupart des joueurs contre qui il s’est frotté. Mais ce qui a permis à Woodard de se faire une place dans le roster des Bulldogs cette saison, c’est sa progression au shoot. Passé d’un discret 46.8% d’adresse, dont 27.3% derrière l’arc lors de son année Freshman, à 49.5% d’adresse cette saison et un impressionnant 42.9% de loin, l’arrière-ailier a pris de l’assurance au scoring et ses stats ont été exponentielles avec un temps de jeu, des points, passes, interceptions et contres qui ont doublé. Capable de jouer et défendre sur les postes 2 à 4, Woodard a su se montrer précieux par sa polyvalence et ses qualités athlétiques, que ce soit lorsqu’il s’agit de se créer son propre tir ou son jeu en transition, mais surtout pour aller chercher des rebonds offensifs précieux (2.2). L’arrière-ailier a même montré quelques fulgurances sur le plan défensif pour aller lâcher quelques contres en double rideau défensif, sur chasing block, ou pour déstabiliser son vis-à-vis en un contre un et provoquer des pertes de balle adverses.

  • DÉFAUTS : La rigueur et l’application

Si la défense globale n’a pas encore été évoquée, c’est tout simplement parce que Woodard n’a pas encore véritablement montré toute l’étendue de son talent. Malgré son état d’esprit et son engagement, Woodard est pointé du doigt pour sa rigueur défensive et son manque d’attention sur des phases de jeu sans ballon comme sur pick-and-roll. Sa lecture du jeu pose également question, le joueur ne tourne qu’à 1.3 passes par rencontre et commet beaucoup d’impairs (1.9 pertes de balle). Son profil polyvalent ne lui permet pas non plus de défendre convenablement sur les gros gabarits et il éprouve d’énormes difficultés à défendre les guards très vifs. Un défaut qui pourra s’estomper en NBA, en fonction du rôle qu’une franchise lui offrira. Le joueur éprouve aussi des difficultés avec son dribble, pas toujours très régulier et fiable, il se précipite très souvent sur le dernier geste à la passe ou sur un double pas, anéantissant des actions de jeu en un rien de temps. Enfin sa faculté à prendre des décisions suit encore trop souvent les mêmes schémas tactiques restreints, raison pour laquelle il est difficilement envisageable de lui laisser le cuir dans les mains pour la création ou prendre le scoring à son compte. 

  • LE MEILLEUR FIT :  (32ÈME CHOIX – Charlotte Hornets)

Difficile de trouver un véritable consensus concernant Woodard, le joueur est surtout attendu au-delà du premier tour, la faute à son irrégularité et son rôle en attaque encore trop limité. Les Hornets pourraient tout de même se laisser tenter par les qualités offensives du joueur qui pourrait devenir à terme une vraie menace à trois points et un joueur suffisamment polyvalent en défense. Charlotte dispose en effet de peu de profils 2-3-4 comme le Bulldog, aux dimensions assez proche d’un Miles Bridges et d’un PJ Washington. Le jeune Robert servirait alors de doublure en attaque aux postes 3-4 dans le système offensif de James Borrego, laissant ainsi le loisir aux frères Martin (Cody & Caleb) de mettre leurs qualités défensives au service du collectif des Frelons. Reste à voir si la franchise de Caroline du Nord trouvera son bonheur avec son 3ème choix.


[embedded content]

  • Plus d’informations

Tous les prospects de la Draft 2020 Lire la suite sur Insidebasket.com