Diacre après le tirage de l’Euro : “Notre objectif est clairement d’aller au moins en finale”

Corinne Diacre, sans le qualifier forcément de clément, ce tirage vous évite quand même quelques gros morceaux…

Corinne Diacre. : “Ça, on ne pourra vous répondre que quand on sera sorti de la poule. On n’a pas à être content ou être mécontent de ce tirage. Aujourd’hui, l’avantage c’est qu’on connaît nos futures adversaires et ça, pour nous, entraîneurs et le staff, c’est important, ça va nous permettre de nous projeter sur nos observations surtout. Ce seront des matches qu’il faudra gagner si on veut sortir premières de la poule. Il n’y a pas beaucoup de calculs à faire et chaque équipe aura cette envie là. Ce seront des matches âpres, ça c’est sûr, et sur un match, tout peut arriver. A nous de bien nous préparer, de bien les observer et d’être les plus fortes, tout simplement, sur cette poule”.

Euro (F)

L’Italie, la Belgique et l’Islande pour les Bleues à l’Euro

IL Y A 4 HEURES

Après avoir échoué en quart lors des trois derniers Euro et au Mondial 2019, l’objectif est forcément d’aller plus loin ?

C.D. : “Déjà il faut sortir de la poule, parce que aujourd’hui on se plaint de ne faire que des quarts de finale, mais il y a quand même des quarts de finales. Viser plus loin ? C’est ce qu’on fait à chaque compétition. Après, sur la dernière Coupe du Monde, on tombe quand même sur l’équipe championne du monde et pourtant on a bien rivalisé quand même. Hormis ces cinq premières minutes qui nous sont fatales parce que nous sommes menées très rapidement 1-0, franchement, encore aujourd’hui je n’ai rien à reprocher à mon équipe. Les joueuses ont fait le boulot. Après on a joué d’un peu de malchance et d’erreurs techniques dans la dernière passe et le dernier geste, notamment dans le temps fort en début de deuxième période où on n’a pas su concrétiser. Cette barrière des quarts de finales, il faut qu’on l’occulte. Notre objectif c’est clairement avec cette équipe et ce groupe (de joueuses), d’aller au moins en finale et on va se donner les moyens pour y arriver”.

En règle générale, il y a 80% de l’ossature de l’équipe de France qui fait partie de la sélection

Il y a eu un rajeunissement de l’équipe pour les éliminatoires pour le Mondial, mais pour la phase finale de l’Euro, est-ce ce qu’il faudra s’appuyer sur davantage d’expérience ?

C.D. : “Avec le décalage du calendrier, on est sur deux compétitions en même temps. C’est vrai que notre quotidien est rythmé par ces matches de qualification. Là, on sort d’un rassemblement et dans trois semaines on y retourne, donc je vous avoue qu’aujourd’hui, il y avait le tirage au sort et on avait la tête à l’Euro mais, demain, on va vite rebasculer sur nos deux matches à savoir le Kazakhstan et le pays de Galles. Ce que l’on cherche à faire depuis quelques temps maintenant, c’est d’allier de l’expérience et de la jeunesse, et surtout de créer des automatismes. Donc en faisant plusieurs changement à chaque fois, ça va être très compliqué. Déjà quand on a un même groupe de 20 ou 23 joueuses, c’est très difficile d’avoir les automatismes parce que seules les 11 qui sont sur le terrain en créent. Et souvent c’est difficile pour les entrantes, les automatismes sont moindres. Donc je ne pense pas que tout changer soit une bonne chose. Mais le principe d’une sélection c’est aussi que des joueuses arrivent et d’autres partent, pour différents motifs. En règle générale, il y a 80% de l’ossature de l’équipe de France qui fait partie de la sélection. Donc changer pour changer, non. Par contre donner du temps de jeu pour donner de l’expérience et créer des automatismes, oui”.

Football

Mbappé : “Les Jeux, c’est la chose que je veux réaliser dans ma carrière”

IL Y A 2 HEURES

Transferts

Les 6 infos mercato qui vous ont échappé jeudi

IL Y A 3 HEURES

Lire la suite sur Eurosport.fr