Dans une lettre, Goze a alerté les présidents de clubs

Lundi, au siège de World Rugby à Dublin, s’est tenue une réunion au sommet réunissant tous les acteurs du rugby professionnel de la planète ovale (ligues professionnelles, fédérations et syndicat des joueurs), un meeting censé conduire les parties prenantes à l’élaboration prochaine d’un calendrier mondial. Si ce forum de discussions n’avait pas vocation à valider une quelconque décision quant au “big bang” attendu par tous, il a néanmoins suscité pas mal d’inquiétudes du côté des clubs anglais et français, lesquels ne souhaitent pas être la variable d’ajustement d’un rugby international guetté par la banqueroute.

Dans un courrier envoyé aux trente présidents du rugby professionnel et que nous nous sommes procuré, le président de la Ligue Nationale de Rugby Paul Goze a fait un premier debriefing, plutôt véhément, à ses pairs : “À l’issue de cette réunion, écrit le Catalan, la direction de World Rugby a indiqué qu’il serait proposé à ses organes décisionnaires de modifier la Règle 9 pour l’automne 2020 en l’étendant sur 7 semaines – du week-end du 24 octobre au week-end du 5 décembre – au lieu des 3 semaines actuellement prévues en novembre. La ligue anglaise et nous-mêmes nous sommes opposés, lors de la réunion puis par courrier commun, à cette modification, qui n’a été précédée d’aucune prise en considération de son impact sur les compétitions de clubs organisées par nos deux ligues et nous paraît, si elle se confirme, très éloignée, de l’objectif – affiché par World Rugby dans son communiqué – d’équilibre et de solidarité dans le contexte de la crise sanitaire qui touche les clubs autant que les fédérations.” Au sujet de la fenêtre automnale qui prévoit en 2020 quatre ou cinq matchs de l’équipe de France à Paris et en Province, une réunion FFR / LNR est prévue la semaine prochaine à Marcoussis.

Anticiper une décision qui ne tiendrait pas compte du rugby des clubs

Plus loin dans sa missive, Paul Goze regrette aussi que le Top 14 et le Premiership n’aient pas été invités à réfléchir sur le sujet de la refonte des tournées d’été et d’automne prochainement prévue par World Rugby. Il écrit : “Cette proposition, qui nous a été communiquée 3 semaines avant la réunion du 15 juin, remet totalement en cause les accords de San Francisco de 2017 auxquels la LNR et la Premiership avaient activement participé et qui avaient fixé le calendrier international sur la période 2020-2032.”

Malgré tout, c’est l’épilogue du courrier qui a le plus interloqué les présidents de clubs : dans celui-ci , Paul Goze prévient donc ses pairs que World Rugby pourrait très bien passer en force, contraignant clubs anglais et français à revoir un modèle (structurel et économique) qui fonctionne bien depuis plus de vingt ans. “Le déroulement des échanges lors de la réunion de lundi, conclut Goze, doit nous amener à anticiper une décision qui ne tiendrait pas compte des enjeux du rugby professionnel de clubs, et nous devons donc nous préparer à prendre toutes les dispositions pour préserver ses intérêts, tant en France qu’en Angleterre.” Alors, est-ce un simple coup de pression avant la réunion du 30 juin qui devrait trancher une partie des questions relatives au calendrier international ? Ou plutôt une déclaration de guerre ? On le saura très vite…

Lire la suite sur Eurosport.fr