Cyclisme: Pinot veut vite des contrôles antidopage

“C’est un soulagement”, lâche-t-il. Après un début de confinement difficile pour lui, ses deux parents ayant contracté le Covid-19, Thibaut Pinot réagit ce dimanche dans une interview à L’Equipe au report du Tour de France du 29 août au 20 septembre prochain. Content à titre personnel, mais aussi pour son équipe (Groupama-FDJ) et les sponsors de voir que l’édition 2020 de la Grande Boucle aura lieu, le coureur français se pose toutefois plusieurs questions. Sur les conditions de sa préparation, sur le calendrier, mais aussi sur une éventuelle… iniquité.

Qui dit distanciation sociale et confinement, dit en effet absence de contrôles antidopage. “Mon dernier contrôle Adams (inopiné), je ne sais même pas de quand il date, glisse Pinot. Je crois que c’était l’été dernier… Ah non, c’était au mois d’octobre, j’étais d’ailleurs en train de vider un étang, c’était un sketch. Donc ça date, et j’espère que ça va vite reprendre parce que ce n’est pas une bonne nouvelle pour les coureurs qui essaient de faire les choses bien. J’espère qu’il y aura vite des contrôles pour que ça reparte correctement.”

“Est-ce qu’on sera à 100 % au départ du Tour? Je ne sais pas”

Thibaut Pinot note aussi que tous les coureurs ne sont pas logés à la même enseigne en cette crise sanitaire. Alors que lui est obligé de s’infliger des séances d’home-trainer chez lui à Mélisey (Haute-Saône), son rival Egan Bernal peut par exemple rouler librement en Colombie. “Ça reste embêtant, parce que mentalement, ce n’est pas la même application. Eux roulent dehors et nous on est enfermés dans des garages”, souffle-t-il.

En relativisant toutefois: “C’est moins plaisant, mais c’est moins grave qu’au début du confinement où l’écart aurait vraiment pu se creuser, si le Tour n’avait été décalé que de quinze jours par exemple. Ça aurait vraiment été problématique. Quand j’entends dire qu’il nous faut seulement deux mois de vélo dans les jambes pour être à 100%, ce n’est pas vrai. (…) Avec un confinement qui a duré presque deux mois, il faut trois mois minimum. Est-ce qu’on sera à 100 % au départ du Tour? Je ne sais pas.”

Lire la suite sur RMC Sport