Coupe d’Europe: quel avenir pour la saison actuelle et la prochaine ?

A court terme: comment finir la saison?

Les quarts de finale prévus le week-end dernier ont été reportés à une date ultérieure, tout comme les demi-finales et les finales de la Champions Cup et du Challenge européen, programmées le week-end le week-end du 22 mai à Marseille. Quand les matchs seront-ils programmés? “Aucune décision n’a encore été prise, précise d’abord Vincent Gaillard, le Directeur général de l’EPCR. Nous avons la ferme intention de pouvoir trouver de la place pour ces trois week-ends et finir la saison. Plus on regarde la situation sur l’ensemble des territoires européens, avec les décalages éventuels de déconfinements, plus ça nous pousse à être réalistes après avoir été un peu plus ambitieux en début de crise. On regarde beaucoup plus activement des fenêtres qui pourraient être en fin d’été et début de l’automne. Cela peut voir dire pas mal de choses.”

Avec pourquoi pas des quarts de finale au mois d’août puis les demies et les finales en septembre et en octobre. Une chose est sûre donc: la saison ne reprendra pas d’ici cet été vu les conditions sanitaires. En collaboration avec les différents protagonistes et World Rugby, qui travaille de son côté sur la reprogrammation des matchs internationaux, l’EPCR essaie de trouver la meilleure solution.

Quels seront les qualifiés pour la saison prochaine?

Réunis en visioconférence mercredi soir, les présidents ont adopté le principe d’un match de barrages pour déterminer les clubs qualifiés. Les quatre premiers du classement (l’UBB, Lyon, le Racing et Toulon aujourd’hui) en seraient exemptés en ayant déjà leurs billets en poche alors que les cinquième, sixième, septième et huitième devront passer par ce match supplémentaire pour disputer la Champions Cup la saison prochaine. Le 5e recevra le 8e, le 6e accueillera le 8e.

Si la saison venait à ne pas reprendre, ou si seulement des phases finales venaient à se dérouler, voilà ce que cela donnerait (17 journées ont été disputées): La Rochelle-Montpellier et Clermont-Toulouse. Reste à savoir quand ces barrages européens auraient lieu? Il n’est pas prévu de les organiser d’ici la fin de saison. Selon nos informations, cela pourrait être le cas une semaine avant la reprise de la saison prochaine cet été. Un premier match donc d’ores et déjà couperet pour certains… Si jamais, dans le cas peu probable, deux ou trois journées de saison régulière pouvaient se tenir d’ici cet été, ce serait le classement actualisé qui déterminerait les affiches. Mais le scénario, certes imaginé, est encore une fois de plus en plus incertain, pour ne pas dire utopique.

La nouvelle formule européenne dès la saison prochaine?

C’est peu probable. Depuis plusieurs mois, l’ECPR planche sur un nouveau format de compétition européenne afin de faire la part belle aux phases finales avec des matchs aller-retour, à l’image de la Ligue des champions en football. “Ce ne sera peut-être pas le cas dès la saison prochaine puisque nous avons aussi trois dates à repositionner pour disputer les quarts, demies et finale de la saison actuelle, nous indiquait Yann Roubert, le président du LOU et membre du comité directeur de l’EPCR. Si on arrive à mettre en place une compétition avec moins de dates, cela permettrait d’essayer de rattraper les matchs qui ne pourront pas avoir lieu cette saison.” Même discours de la part de Vincent Gaillard: “ce n’est absolument pas sûr d’avoir une nouvelle formule dès la saison prochaine. C’est une réflexion.”

Prévue pour la saison 2022-2023, cette réforme est encore loin d’être bouclée. Certains étaient favorables à un statu quo de la compétition, d’autres à un format différent, resserré à 18 équipes. Cela réduirait ainsi la phase de poules pour obtenir une phase éliminatoire plus conséquente, avec des rendez-vous en aller-retour. L’idée de ne plus voir se dérouler des rencontres entre des clubs du même pays dans la première partie de la compétition est également étudiée. “Là aussi, aucune décision, n’a été encore prise”, selon Gaillard. Il sera temps ensuite de poursuivre les discussions sur la mise en place de la Coupe du monde des clubs tous les quatre ans, et non tous les ans comme demandé par Bernard Laporte. “Une construction par les clubs et avec les clubs”, selon Roubert.

Lire la suite sur RMC Sport