Coronavirus : les footballeurs allemands de retour à l’entraînement

Joshua Zirkzee, Robert Lewandowski et Alphonso Davies s’entrainent pour la première fois sur la pelouse du Bayern Munich depuis l’arrêt de la Bundesliga.

Joshua Zirkzee, Robert Lewandowski et Alphonso Davies s’entrainent pour la première fois sur la pelouse du Bayern Munich depuis l’arrêt de la Bundesliga. Matthias Balk / AP

Alors que tous les principaux championnats européens de football sont toujours suspendus, un retour sur les pelouses commence à s’esquisser. Le signal vient d’Allemagne et plus précisément de Munich. Les joueurs du Bayern ont repris l’entraînement lundi 6 avril.

Pour limiter les risques de transmissions, le club bavarois avait mis en place une série des mesures : arrivées en ordre dispersé pour minimiser les contacts, interdiction des poignées de main et répartition de l’effectif en cinq groupes de cinq joueurs maximum.

Dans les vestiaires, les joueurs ont été priés de respecter une distance de quatre mètres entre eux au moment de se changer et invités à se doucher chez eux. Et à l’issue de la séance, sans tacle ni duel, le club leur a remis un panier repas à consommer à la maison.

A l’instar de Muncih, une quinzaine de clubs de la Bundesliga ont repris l’entraînement Suspendu depuis le 12 mars, le championnat est à l’arrêt au moins jusqu’au 30 avril. La ligue de football allemande (DFL) s’est toutefois dite déterminée à « terminer la saison avant le 30 juin » (il reste 9 journées à disputer) tout en précisant : « Au moins jusqu’à la fin de la saison, il est irréaliste de penser que nous allons rejouer dans des stades pleins ». Plus de 1 000 personnes sont mortes en Allemagne du Covid-19.

Pas de demande de dérogation au confinement en France

En France, une reprise des entraînements n’est pas encore à l’ordre du jour. « C’est le gouvernement qui va décider », a déclaré, dimanche lors d’une conférence de presse, Nicolas Holveck, le président du Stade Rennais, cité par Ouest France.

Les clubs assurent ne pas être demandeurs d’une dérogation au confinement pour reprendre les entraînements « Les gens sont confinés, souffrent terriblement. La priorité des priorités, c’est ça », a également déclaré, dimanche au cours de cette même conférence de presse, Bernard Caïazzo, président de l’AS Saint-Etienne et de Première Ligue, syndicat regroupant dix-neuf clubs de Ligue 1 et de Ligue 2.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le football français fait le gros dos

Pour autant, « il faut terminer le championnat », avance Bernard Caïazzo. « Ne pas aller au terme de la saison, ça veut dire perdre des droits télé, mais aussi des partenaires, des abonnements », appuie Nicolas Holveck. Cela ne devra se faire qu’« à condition qu’il n’y ait aucun risque de pris pour la santé des joueurs, des gens », ajoute Bernard Caïazzo

L’avis n’est pas unanime. Denis Le Saint, le président du Stade brestois, a déclaré en fin de semaine dernière qu’il souhaite que le championnat s’arrête là. « Si on était au mois de juin ou début juillet, je pourrais comprendre ce genre de discours. Mais à partir du moment où on a encore du temps, il convient de ne forcer ni dans un sens ni dans l’autre », considère Bernard Caïazzo.

Le Monde avec AFP

Lire la suite sur Le Monde.fr