Coronavirus : les clubs de rugby français au chômage partiel

Le bureau de la Ligue nationale de rugby doit se réunir mardi afin de présenter, mercredi aux présidents des trente clubs de Top 14 et de Pro D2, les options envisageables à ce stade pour le championnat.

Le bureau de la Ligue nationale de rugby doit se réunir mardi afin de présenter, mercredi aux présidents des trente clubs de Top 14 et de Pro D2, les options envisageables à ce stade pour le championnat. THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Depuis lundi 16 mars, la quasi-totalité des clubs de l’élite du rugby français (le Top 14), à l’arrêt pour cause d’épidémie de coronavirus, ont adopté le régime du chômage partiel afin de tenter de réduire quelque peu les conséquences financières.

Dans la foulée du gel des compétitions, décidé vendredi 13 mars par la Ligue nationale de rugby (LNR), les dirigeants des différents clubs ont, d’un commun accord, décidé d’imposer cette mesure à leurs joueurs et salariés.

« Cela nous permet non pas d’économiser sur le salaire net des joueurs, puisqu’on verse très exactement 84 % du net (70 % de la rémunération brute), mais on fait l’économie de charges. On a lancé cette procédure dès samedi », a ainsi expliqué le président de l’Union Bordeaux-Bègles, Laurent Marti, au micro de RMC.

La procédure de chômage partiel permet à l’employeur de réduire ses cotisations sociales et donc d’alléger ses « dépenses ». Elle conduit l’Etat à prendre à sa charge le manque à gagner. Mais cela ne peut se faire que dans la limite de 4,5 Smic. Pour la plupart des rugbymen, cela devrait être le cas, car le salaire mensuel moyen en Top 14 est de 20 000 euros.

Selon la Ligue nationale de rugby, si le championnat de France ne devait pas reprendre, le manque à gagner (recettes billetteries, droits télé et de sponsoring…) se chiffrerait à 100 millions d’euros.

Quarts de finale des compétitions européennes reportés

Le bureau de la Ligue doit se réunir mardi afin de présenter, mercredi aux présidents des trente clubs de Top 14 et de Pro D2 lors d’une réunion téléphonique, les options envisageables à ce stade pour le championnat.

En attendant de savoir ce qu’il adviendra du Top 14, les quarts de finale de la Coupe d’Europe et du Challenge européen, prévus le week-end du 3, 4 et 5 avril, ont été reportés, ont annoncé lundi les organisateurs.

« En raison de l’inquiétude croissante sur la santé publique due à la pandémie de COVID-19, il a été décidé aujourd’hui (lundi), pendant une conférence téléphonique, de reporter ces huit rencontres et de suspendre la saison des tournois européens », est-il indiqué dans un communiqué de l’EPCR (European Professional Club Rugby).

Six clubs français sont encore engagés dans ces compétitions : Clermont, Racing 92 et Toulouse en Coupe d’Europe, Toulon, Castres et Bordeaux-Bègles en Challenge européen.

Trouver une nouvelle place dans un calendrier déjà surchargé en temps normal ne s’annonce pas des plus simples.

« L’EPCR reste déterminée à essayer de trouver une solution, en concertation avec les ligues et fédérations concernées, qui lui permettra d’achever la saison (…) à une période appropriée et compatible avec les mesures de prévention prises », a ajouté l’instance.

Le Monde avec AFP

Lire la suite sur Le Monde.fr