Coronavirus : le football français a trouvé un accord pour une baisse des salaires en avril

Passants aux abords du Parc des Princes, en mars, à Paris.

Passants aux abords du Parc des Princes, en mars, à Paris. FRANCK FIFE / AFP

Les dirigeants du football français ignorent encore la date de la fin du confinement dû au coronavirus, et donc celle d’une éventuelle reprise des compétitions. Mais ils aimeraient déjà y voir plus clair sur le montant des fiches de paie mensuelles. A commencer par celles destinées à tous leurs salariés – joueurs et personnel administratif – à la fin du mois d’avril.

Selon nos informations, outre le dispositif de chômage partiel (70 % du salaire brut) auquel ont déjà recours de nombreux clubs, un accord général a été trouvé, mardi 7 avril, pour parvenir à une baisse provisoire de la masse salariale ce mois-ci, c’est-à-dire à un paiement différé des salaires.

Une réunion à ce sujet a réuni par visioconférence, dans la journée, quatre représentants des joueurs et autant pour les dirigeants. Dernière formalité, à une date encore inconnue : le texte sera bientôt soumis à l’approbation formelle de la commission paritaire de la Ligue de football professionnel (LFP).

Les clubs auraient un autre souhait : recevoir une lettre du ministère de l’économie donnant quitus à l’opération, pour ne pas s’exposer à des remontrances lors de contrôles ultérieurs.

Des baisses variables selon le niveau de salaires

« On est au bout des discussions, on peut dire qu’aujourd’hui les clubs ont accepté nos recommandations », fait valoir au Monde Philippe Piat, coprésident de l’Union nationale des footballeurs professionnelle (UNFP), le syndicat des footballeurs. L’idée étant d’« aller vite », selon l’Union des clubs professionnels de football (UCPF), principal syndicat de présidents de club.

Le principe de l’accord, déjà évoqué dans L’Equipe, consiste en une baisse provisoire des salaires pour le mois d’avril à travers un paiement différé (« une avance de trésorerie », selon l’expression de l’UCPF) : les sommes concernées seront restituées dès la perception par les clubs de l’argent lié aux droits de retransmission télévisée, les chaînes Canal+ et BeIN Sports ayant pour l’instant décidé de suspendre tout versement.

Dans le cadre de leur chômage partiel, les joueurs percevant moins de 10 000 euros de salaire mensuel ne seraient pas concernés par ce dispositif. Au-delà, quatre tranches devraient être mises en place : 20 % de rémunération en moins en avril pour les joueurs gagnant entre 10 000 et 20 000 euros ; 30 %, pour ceux entre 20 000 et 50 000 euros ; 40 %, pour ceux entre 50 000 et 100 000 ; et enfin 50 % en moins pour ceux percevant des salaires supérieurs à 100 000 euros par mois.

« On y va mois par mois »

Au Monde, plusieurs dirigeants de clubs ont dit leur inquiétude. Gérard Lopez, à Lille, par exemple : « En France, à part peut-être le Paris-Saint-Germain, il n’y a pas de clubs qui peuvent se permettre de payer pendant quelques mois les salaires des joueurs sans avoir de revenus. Pour le moment, il faut faire un effort pendant un mois. On verra si ça dure et que l’on se retrouve dans une situation beaucoup plus grave. On y va mois par mois. On avance sans savoir ce qui va se passer. Il faut gérer le court terme. »

Pour Bernard Caïazzo, le président de Saint-Etienne, ces paiements différés sont d’autant plus nécessaires qu’ils compléteront le dispositif déjà mis en place par l’Etat. Celui qui est aussi président de Première Ligue, le syndicat patronal représentant la plupart des clubs de Ligue 1, estime que les aides liées au chômage partiel « permettent de réduire nos dépenses salariales de 50 % environ ». Une réduction déjà significative. Mais pas suffisante, selon lui, eu égard aux salaires de ses sportifs : « Le chômage partiel joue beaucoup moins sa fonction qu’avec une entreprise de taille similaire, dans le secteur du divertissement, puisque 90 % de notre masse salariale est au-dessus du plafond de 4,5 fois le SMIC. »

Sur un sujet forcément sensible, certains joueurs ont déjà exprimé leur point de vue. Le Brésilien Rafael, qui évolue à Lyon, comprendrait l’idée d’une « baisse importante des salaires ». « Mais cela doit se faire de façon démocratique, a-t-il expliqué dans un entretien au Progrès, dimanche 5 avril. Nous sommes un club, il faut un vote et un accord entre nous. »

Point important : le futur accord portant sur le mois d’avril pourra être refusé par les joueurs, au cas par cas. « Dans le cadre du dialogue social, juridiquement, il ne faut jamais oublier que c’est au salarié d’accepter ou non », précise Gautier Kertudo, avocat en droit du travail et droit du sport.

Si un joueur refuse un paiement différé de son salaire, il pourra signer un « avenant », précise Philippe Piat. Le coprésident de l’UNFP précise, par ailleurs, que l’accord en passe d’entrer en vigueur porte seulement sur le mois d’avril. Les rémunérations à verser en mai et en juin feront l’objet d’autres discussions, selon l’évolution de la crise sanitaire.

Lire aussi Les salaires des footballeurs au cœur de la polémique en Angleterre

Lire la suite sur Le Monde.fr