Coronavirus: la dépression touche de nombreux joueurs et joueuses de foot

Le moral dans les chaussettes depuis le début du confinement? Vous n’êtes pas seul. Selon une étude menée par le syndicat mondial des joueurs (FIFPro) en collaboration avec l’hôpital universitaire d’Amsterdam, plus d’un footballeur sur dix présenterait actuellement des signes d’un état dépressif.

“Le nombre de footballeurs professionnels signalant des symptômes d’anxiété et de dépression a fortement augmenté depuis que les mesures visant à réduire la propagation du Covid-19 ont entraîné la suspension des activités”, alarme ainsi la FIFPro.

Deux fois plus qu’en temps normal

Entre le 22 mars et le 14 avril, 1.134 joueurs avec une moyenne d’âge de 26 ans et 468 joueuses avec une moyenne d’âge de 23 ans ont ainsi été sondés. Et le résultat n’est pas rassurant: 13% des joueurs déclarent avoir des symptômes récurrents de dépression, nombre qui monte même à 22% pour les joueuses. “Le pourcentage de joueurs signalant des symptômes est significativement plus élevé parmi ceux inquiets pour leur avenir dans l’industrie du football”, note d’ailleurs le syndicat.

Pour comparaison, une étude similaire avait été menée en décembre et en janvier, avant la crise sanitaire. A l’époque, “seulement” 11% des joueuses et 6% des joueurs se considéraient dans un état dépressif. “Le pourcentage de footballeurs présentant des symptômes dépressifs a donc doublé”, résume la FIFPro.

“Restez en contact avec vos coéquipiers”

“Dans le football, de jeunes athlètes, hommes et femmes, doivent tout à coup faire face à l’isolement social, à la suspension de leur vie professionnelle et aux doutes sur leur avenir, observe le responsable du secteur médical du syndicat. Certains peuvent ne pas être bien équipés pour faire face à ces changements et nous les encourageons à demander l’aide d’une personne en qui ils ont confiance ou d’un professionnel de la santé mentale.”

Un message également relayé par le capitaine de la Juventus Giorgio Chiellini: “Il est très important que les joueurs de football, comme dans n’importe quelle famille ou communauté, prennent soin les uns des autres pendant cette période difficile en restant en contact par téléphone ou par visioconférence, lance le défenseur italien. Restez en contact avec vos coéquipiers, surtout si vous pensez qu’ils peuvent être déprimés ou anxieux. Gardons un fort esprit d’équipe, même lorsqu’il n’y a pas de football.”

Pour la FIFPro, l’inquiétude autour de la santé mentale des joueurs ne doit néanmoins pas être utilisée comme argument pour une reprise des compétitions le plus vite possible. “Si nous mettions la pression sur les joueurs afin de les faire revenir dans un environnement où ils pourraient sentir que leur sécurité est mise en danger, cela augmenterait plutôt leur anxiété et leur inquiétude”, indique le secrétaire général, Jonas Baer-Hoffmann.

Lire la suite sur RMC Sport