Coronavirus: Ineos menace de se retirer du Tour de France

Tenant du titre du Tour de France, le Colombien Egan Bernal n’est pas encore certains de défendre son bien lors de la prochaine édition. Le manager de l’équipe Ineos (ex-Sky) a menacé ce vendredi de ne pas prendre part à la Grande Boucle en raison de l’épidémie de coronavirus. 

Sir Dave Brailsford attend de voir l’évolution de la crise sanitaire et d’en savoir plus sur les mesures de protection avant d’assurer la participation de ses coureurs à l’épreuve cycliste.

>> Le sport face au coronavirus, les dernières infos en direct

Brailsford: “Le droit de nous retirer si c’est nécessaire”

Deux jours après le report officiel du Tour de France, désormais prévu du 29 août au 20 septembre, le patron de l’équipe britannique a mis la pression sur les organisateurs d’ASO en réclamant de vraies solutions pour assurer la sécurité et la santé des participants. 

“Nous nous réservons le droit de nous retirer si nous estimons que c’est nécessaire”, a indiqué le dirigeant auprès du Guardian. Tant que la course est au programme, nous envisageons de participer, mais dans le même temps, nous observerons la façon dont les choses vont évoluer.”

ASO va devoir convaincre le peloton

Jonathan Vaughters, manager de l’équipe américaine Education First, partage lui aussi l’avis de Dave Brailsford et a suggéré que les coureurs soient placés en quarantaine avant le départ de la course. Le dirigeant américain a également affirmé sa défiance quant au refus d’un huis clos

“Je sais que ce ne serait pas conforme à la tradition mais cela me semble une bonne option parce que ça réduit les risques, a lancé Jonathan Vaughters. Je ne veux pas que cette piste soit écartée. Si j’étais les organisateurs, je considérerais cela comme une option sérieuse.”

Après avoir déclaré forfait avant le départ de Paris-Nice en raison de la propagation du coronavirus en Europe, l’équipe Ineos pourrait donc en faire autant lors du prochain Tour de France. Surtout si cette décision était suivie par d’autres équipes du peloton. Déjà occupée à négocier le report de ses autres courses, ASO va également devoir convaincre les participants que tout sera fait pour assurer leur protection.

Lire la suite sur RMC Sport