Coronavirus: il a couru un marathon autour de sa maison pour soutenir les soignants

“Je pensais avoir terminé pour l’apéro de midi, j’ai fini pour celui du soir…” Deux jours après sa folle performance, Romain Rochas plaisante de l’autre côté du téléphone, mais on comprend assez vite que le Montpelliérain n’a pas passé le week-end le plus agréable de son existence. Samedi, ce sportif de 32 ans, ancien joueur de rugby à XIII – il a entraîné l’équipe de France féminine – et adepte de courses longues distances, a relevé un incroyable défi: courir un marathon… autour de sa maison. 844 tours de pavillon et 1.500 mètres de dénivelé bouclés en 8h34. “Honnêtement, c’était interminable”, reconnaît le coureur.

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

Un homme de records

Pourquoi Romain s’est-il lancé dans cette aventure? Pour l’amour de la performance, déjà. “Nous sommes trois anciens rugbymen qui avons monté depuis un an et demi une asso qui s’appelle Montpoul – pour Montpellier et ‘Mon poulet’, notre surnom au rugby, explique-t-il. On se lance régulièrement des petits défis, en novembre on avait déjà battu le record du monde des 24 heures en SkiErg (une sorte de rameur debout, ndlr).” Et le confinement a donné de l’inspiration à certains… “Dans la région on a un monsieur qui s’appelle ‘Zinzin reporter’, qui fait beaucoup d’ultras, et qui a couru il y a quelques jours un marathon sur son balcon à Castelnau-le-Lez, pas très loin de chez nous, poursuit-il. Du coup j’ai décidé de faire pareil autour de chez moi. J’ai calculé, le tour faisait 54m, avec 1,80m de dénivelé. Et je me suis lancé.”

Pour un effort d’une journée, mais aussi pour la bonne cause: durant son marathon, Romain a récolté des fonds pour le personnel soignant de l’Hérault. “J’ai plein d’amis qui sont infirmiers ou médecins au CHU de Montpellier, confie-t-il. Ils nous racontent des faits d’une violence inouïe depuis le début de l’épidémie, ils ont la tête sous l’eau. On a donc voulu faire d’une pierre deux coups, et relayer leur cagnotte durant le défi, histoire d’être solidaires.” Difficile de dire combien de donateurs ont été attirés durant l’événement, mais l’essentiel n’est pas là. “J’ai eu une cinquantaine de messages de gens qui nous ont félicité et ont dit qu’ils avaient participé, se réjouit-il. C’est notre petite contribution.”

Romain Rochas

“Tous les vingt tours je devais changer de sens”

Et cette journée à tourner autour de la maison, alors? “Je suis parti samedi à 9 heures pétantes. Je croyais vraiment plier l’affaire en quatre ou cinq heures, mais ça m’a pris huit heures et demie, rigole Romain. Vu que la maison est en rectangle, je devais toujours freiner dans les virages, je ne maintenais aucune vitesse. C’était très très long, et très très chiant, mais bon, tout se fait. Il faut poser le mental et avancer. Après quatre ou cinq heures je me suis vu très mal, j’ai mangé une pomme, un bout de gâteau, et c’était reparti. Mais à aucun moment je n’ai envisagé l’abandon. Quand je fais des 80 ou 90 kilomètres, je suis habitué à passer des sales moments.” Il faut dire que le soutien de sa femme et de ses enfants a aidé. Contrairement à la configuration du parcours… “Est-ce que j’ai eu la tête qui tourne? Oui! A la fin tu as le roulis, tu te sens un peu patraque. J’ai même dû mettre un système en place, tous les vingt tours je changeais de sens. Mais bizarrement je courrais mieux dans le sens horaire.”

Le parcours de Romain Rochas

Content de n’avoir rien lâché, et d’avoir fait à cette occasion une petite prépa pour un (éventuel) trail de 120 bornes prévu fin mai, Romain Rochas, en bon hyperactif, pense désormais… à un autre challenge. “On est en train d’y réfléchir, glisse-t-il. On va peut-être lancer le week-end prochain un défi de 1.000 burpees (une sorte de pompe suivie d’un petit saut, ndlr), que tout le monde pourrait faire chez soi en live, en affichant son chrono. On pense à ça, ou peut-être un autre mouvement, mais quelque chose de basique quoi qu’il arrive, afin que chacun puisse participer à domicile.” Et s’occuper ainsi quelques heures, durant cette longue période.

Lire la suite sur RMC Sport