Chicago Bulls: Carmen Electra balance tout sur sa relation avec Dennis Rodman

“Revoir Dennis sur un terrain m’a fait monter les larmes aux yeux”, assure-t-elle. Alors que les fans de basket se sont dernièrement replongé dans l’incroyable saison 1997-1998 des Chicago Bulls – la dernière de Michael Jordan dans l’Illinois – grâce à la série documentaire “The Last Dance” (diffusé sur Netflix en France), l’actrice Carmen Electra est revenue pour le Los Angeles Times sur sa relation avec le joueur le plus fou de l’effectif: Dennis Rodman.

Electra a en effet fréquenté l’ancien ailier fort à cette période (elle a même été son épouse de novembre 1998 à avril 1999), et la romance entre les deux figures médiatiques avait été marquée par de nombreux excès. “Dennis avait toujours des rituels à célébrer, et il voulait tout fêter de façon spectaculaire, se souvient Electra. Nous buvions des verres sans arrêt. Partout où nous allions, les gens suivaient. Vous ne pouviez pas le manquer avec ses cheveux colorés et ses tatouages. Nous allions dans des strip-clubs, puis dans des afters.”

Séance personnelle au centre d’entraînement

Pour se coucher à pas d’heure, et parfois oublier de se réveiller… Ce qui a valu une scène légendaire, lorsqu’un matin, quelqu’un a frappé à la porte de Rodman. “J’avais la gueule de bois et nous étions nus sur le sol, raconte Electra. Dennis se lève pour ouvrir et là, il y a Michael Jordan. Je me suis levée et j’ai essayé de me cacher. Je savais que Dennis avait des ennuis. Ce fut un choc pour moi.”

Mais sans doute pas le plus bel “exploit” des deux tourtereaux. “Un jour où les Bulls étaient en repos, Dennis a dit qu’il avait une surprise, se remémore l’ex-mannequin. Il m’a bandé les yeux et nous sommes montés sur sa moto. Quand il a finalement enlevé mon bandeau, nous étions dans le centre d’entraînement des Bulls, au milieu du court central. C’était fou, comme deux enfants dans un magasin de bonbons. Nous avons mangé des sucettes glacées dans le frigo et avons fait l’amour à peu près partout. Dans la salle de physiothérapie, dans la salle de musculation, et évidemment… sur le terrain.” Classe.

Lire la suite sur RMC Sport