Champion des champions du Top 14: Biarritz 2005

Le Biarritz Olympique termine deuxième de la poule unique du dernier Top 16 avec 96 points (20 victoires, 10 défaites), 3 points derrière le leader Stade Français.

Demi-finale : victoire 32-27 face au CS Bourgoin-Jallieu au Stadium de Toulouse

Finale : victoire face au Stade Français 37-34 (après prolongation) au Stade de France

Stade Français : 1 essai Dominici ; 8 pénalités Skrela : 1 drop Liebenberg : 1 transformation Skrela

Cartons jaunes : Auradou, Roncero

Biarritz : 1 essai Gobelet ; 9 pénalités Yachvili ; 1 drop Peyrelongue ; 1 transformation Yachvili

Carton jaune : Thion

L’équipe :

Brusque – Bidabé, Traille, Boussès, Gobelet – (o) Peyrelongue, (m) Yachvili – Harinordoquy, Lièvremont (cap), Betsen – Couzinet, Thion – Avril, August, Balan

Remplaçants :

Gonzales, Lecouls, Olibeau, Chouchan, Dupuy, Aramburu, Dambielle

Ent : Lagisquet, Delmas.

La saison: La dernière saison du Top 16 méritait une finale d’anthologie après une saison à trois relégations pour une seule accession, futur Top 14 oblige… Le FC Grenoble,l’AS Béziers et le FC Auch, vainqueur du dernier bouclier européen de l’histoire contre Worcester font les frais de ce resserrement de l’élite. La Section paloise, 13e du Top 16, finaliste malheureux du challenge européen contre le Sale de Chabal et Saint-André sauve sa place pour le Top 14 à venir en s’imposant en match de barrage contre Aurillac. L’Aviron Bayonnais ne fait pas le « yoyo » comme l’autre promu, Auch, et sécurise son avenir dans l’élite en terminant à la 12e place. La saison récompense les maîtres du suspense, les Biarrots écartant difficilement le CS Bourgoin-Jallieu en demi-finale, le Stade Français devant sa qualification à une merveille de cuillère de Jérôme Fillol sur le Toulousain Florian Fritz qui filait inscrire l’essai de la gagne… Fait notable, les quatre meilleures équipes de la saison régulières ont mené un train d’enfer, se tiennent en cinq points seulement.

La finale : Jamais il n’y eu finale plus serrée, plus tendue, de toute l’histoire du rugby professionnel français : 19-19 à la mi-temps, 31-31 à la fin du temps réglementaire. Quelques jours auparavant, les Parisiens avaient privé les Biarrots du bonheur de connaître une finale de H Cup en s’imposant à la 89e minute (!) au Parc des Princes grâce à un essai de Dominici. Ce même Dominici qui se met en évidence pour répondre à l’essai de Gobelet inscrit en force, Dominici le funambule, roi de la glisse sur les genoux, auteur d’un réel exploit. Une tension qui avait obligé l’arbitre à sortir un carton de chaque côté dès la 5e minute et qui voit Arias et Brusque se battre derrière les panneaux publicitaires en marge de l’essai parisien. La suite ? combat, suspense, engagement et buteurs fiables : Skréla à 100% avec 8 pénalités et une transformation, mais dans la touffeur de ce soir de juin, Yachvili passe la 9e pénalité de sa soirée à la 102e minute, clôturant la marque finale. Biarritz décroche le 4e titre de son histoire, le Stade Français connaît sa deuxième finale perdue après prolongations, Toulouse étant devenu champion d’Europe à leur dépends quelques jours plus tôt à Edimbourg.

Coupe d’Europe : éliminé par le Stade Français en demi-finale de la Champions Cup 20-17 au Parc des Princes

Lire la suite sur RMC Sport