Bulle de l’Open d’Australie : la Fédération espagnole monte le ton

La fédération espagnole se mêle de la polémique. Ce jeudi, elle a sommé son homologue australienne “de régler le problème des joueurs les plus affectés” par les conditions de quarantaine à Melbourne avant l’Open d’Australie. “Mario Vilella et Carlos Alcaraz (mineur) sont confinés dans une chambre sans pouvoir en sortir pendant 14 jours alors que les deux ont eu de multiples tests PCR négatifs“, écrit la RFET dans une lettre à Tennis Australia.

Il est évident que ces deux joueurs, inscrits dans le grand tableau de l’Open d’Australie, ne seront pas à égalité avec les autres joueurs. Et il ne s’agit pas seulement d’une question de compétitivité pour le premier tournoi du Grand Chelem. C’est leur saison qui pourrait être gravement mise en question par ces 14 jours de quarantaine“, poursuit la RFET qui souligne notamment les “dégâts psychologiques” que risquent les joueurs.

Surf de chambre, morse et volée-matelas : le quotidien lunaire des confinés de Melbourne

Pour toutes ces raisons, la RFET demande à Tennis Australia d’essayer de régler le problème des joueurs les plus affectés; Mario Vilella et Carlos Alcaraz, deux joueurs espagnols, sont ceux qui sont directement concernés par notre intervention“, conclut le texte. Pour pouvoir organiser le premier tournoi du Grand Chelem malgré la pandémie de coronavirus (7-21 février), Tennis Australia et les autorités sanitaires de l’état de Victoria ont mis en place un protocole sanitaire très strict avec notamment une quarantaine de 14 jours imposée à tous les participants.

Les joueurs ont une autorisation de sortie de cinq heures quotidiennes pour pouvoir s’entraîner à condition de ne pas subir de test covid positif et de ne pas être cas contact. Or une dizaine de cas positifs ont été détectés parmi le millier de personnes arrivées par vols charters en fin de semaine dernière. Si bien qu’au total, 72 joueurs ont été placés en quarantaine stricte, sans la moindre autorisation de sortir de leur chambre.

Francesca Jones, huit doigts, sept orteils, un ticket gagné pour l’Open d’Australie

Lire la suite sur Eurosport.fr