Baisse des salaires à l’OM: Eyraud attend toujours une réponse des joueurs

En cette période de crise sanitaire, la situation financière de l’OM suscite plusieurs interrogations.

Première incertitude: le Fair Play Financier. L’UEFA a annoncé qu’elle suspendait le “FPF” pour les clubs qualifiés en Coupe d’Europe la saison prochaine. Même si la chambre de jugement de l’Instance de contrôle financier des clubs (ICFC), organe de contrôle de l’UEFA pour le respect du fair-play financier, s’était déjà saisie du dossier olympien, l’Uefa pourrait se montrer un peu plus indulgente vu la crise du moment et les conséquences économiques que cela engendre pour les clubs. La priorité des dirigeants marseillais restera cependant de réduire le train de vie de l’OM: baisse de la masse salariale et vente de joueurs bankable, au moins pour réduire le déficit qui était déjà d’environ 50 millions d’euros à mi-saison, selon les comptes publiés fin décembre 2019.

Mais l’enjeu immédiat reste pour la direction de l’OM la baisse des salaires. Les négociations n’ont pas débouché sur un accord, pour le moment. C’est principalement Steve Mandanda, le capitaine, qui est en contact avec Jacques-Henri Eyraud sur ce dossier chaud, qui crée quelques crispations, en interne.

Eyraud évoque une baisse “temporaire” des revenus

Le Président Eyraud a d’ailleurs écrit à chaque joueur pour leur expliquer les conséquences économiques d’une telle crise, notamment la perte des droits TV, qui pourrait représenter quasiment 30 millions d’euros de manque à gagner pour le club. Raison pour laquelle “JHE” en appelle à une prise de conscience des joueurs et leur demande un effort salarial, prenant comme référence ce qui a été fait dans certains clubs étrangers. Eyraud souhaite aller au-delà du chômage partiel actuellement imposé aux joueurs (84% du salaire net). Les joueurs sont partagés. Certains y sont favorables. D’autres attendent de savoir quel pourcentage de baisse est demandé, pour évaluer les pertes au cas où la saison ne reprend pas. Jacques-Henri Eyraud évoque bel et bien une baisse “temporaire” des revenus. Reste à préciser si la partie de revenu non payé sera différée et reversée au cas où la saison reprend et que les droits TV sont finalement encaissés. Cet aspect serait justement en négociations. Les échanges vont se poursuivre.

L’OM est donc contraint de faire des économies pour faire face à la crise. Le club olympien a au moins été rassuré sur un point: ses sponsors resteront fidèles, et la marque OM demeure attractive, comme l’ont promis plusieurs patrons ce vendredi dans le colonnes de La Provence. “On est tous dans le même bateau”, explique Laurent Colette, le Directeur Général de l’OM.

Lire la suite sur RMC Sport