Almeida refuse de crier victoire : “Une mauvaise journée et je peux tout perdre”

Ne comptez pas sur lui pour crier victoire trop tôt. Après un contre-la-montre convaincant, où il a fini à la 6e place, et pris 16 secondes d’avance au classement général sur son plus sérieux concurrent Wilco Kelderman (Team Sunweb), qu’il devance désormais de 56 secondes, João Almeida a évité toute enflammade : “J’ai une minute d’avance sur lui mais il reste de la route jusqu’à Milan”, a rappelé le coureur de la formation Deceuninck-Quick Step.

Il n’a même pas caché sa petite déception de n’avoir pu enfoncer le clou après cette 14e étape, remportée par l’Italien Filippo Ganna : “J’aurais peut-être pu faire un peu mieux aujourd’hui mais j’ai repris du temps sur (Wilco) Kelderman, mon adversaire le plus dangereux au général. J’aime bien cet exercice, c’était le plus long chrono que j’ai fait dans ma carrière et je me suis senti bien”. Cela s’est vu.

Sauf que le plus dur arrive pour le Portugais de 22 ans, qui s’apprête désormais à s’attaquer aux hautes montagnes italiennes et à une succession d’étapes et de cols qui vont mettre son maillot rose à rude épreuve. Il n’est pas à l’abri d’une grosse déception et il en est conscient : “Je ne sais pas si je peux gagner le Giro, il y a encore de la route et beaucoup de montées, des grands cols. Avec une seule mauvaise journée, je peux tout perdre”.

Lire la suite sur Eurosport.fr