39,5 % de baisse des salaires du rugby pro

En établissant une moyenne des coupes salariales envisagées dans les huit fédérations majeures du rugby mondial, les joueurs pros devraient voir leurs salaires réduits de 39,5%. Les situations sont bien évidemment différentes d’un pays à l’autre mais aussi d’un hémisphère à l’autre.

Le Nord (presque) mieux loti

Et l’on s’aperçoit que l’hémisphère Nord, s’en sort légèrement mieux avec un effort global moyen dépassant légèrement les 30 % de baisse. Les économies du rugby professionnel de l’hémisphère Nord reposent sur trois niveaux de compétitions (championnats nationaux, compétitions extra territoriales comme le Pro 14 ou les compétitions européennes et enfin le Tournoi des 6 Nations) largement portées par des capitaux privés et des droits de retransmission et/ou de sponsoring sans cesse à la hausse. Toutes les nations ne sont pas logées à la même enseigne cependant et les efforts demandés aux joueurs professionnels des provinces irlandaises d’environ 50 % de baisse par exemple sont deux fois supérieurs à leurs voisins gallois ou écossais. L’Angleterre, elle, envisage un effort de 30% pour sauver des clubs déjà très en difficultés, tout comme la France, même si toutefois rien n’est encore décidé ici puisque nous en sommes au stade des négociations syndicales et que chaque club tente encore d’évaluer l’étendue des pertes.

Au Sud rien ne va plus

Dans l’hémisphère Sud, la crise est extrêmement profonde qui touche les trois grandes nations majeures, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. Leurs économies respectives sont étroitement liées aux deux compétitions majeures que sont le Super rugby et le Rugby Championship ou Four Nations, grandement perfusées par les droits de retransmission des différentes chaînes du groupe Newscorp (Fox, Sky…) Après les annonces fracassantes, il y a quelques semaines, de Raelene Castle, la directrice exécutive de la Fédération australienne, sur la baisse de 65 % des salaires des joueurs pros, évoluant dans les différentes franchises de Super rugby et celle de la Fédération sud-africaine tablant sur une chute de 40 %, c’est au tour de la Nouvelle-Zélande d’annoncer que les réductions de salaires pourraient aller jusqu’à 50 % des revenus des All Blacks.

Baisse des salaires (effectives ou en négociations par pays)

Australie -65%
Nouvelle-Zélande -50%
Irlande -50%
Afrique du Sud -40%
France -30%
Angleterre -30%
Galles -25%
Ecosse -25%
Total -39,5%

Lire la suite sur Eurosport.fr