LaMelo Ball rachète son équipe Australienne : Première sortie de route du benjamin Ball ?

Il y a des informations plus surprenantes que d’autres et en ces temps troublés, il faut bien avouer que Jonathan Givony d’ESPN nous a arraché un petit sourire avec sa bombe totalement inattendue. Le spécialiste Draft de chez ESPN a dévoilé hier soir que LaMelo Ball, dernier de la fratrie Ball tant médiatisée… Avait racheté sa franchise de NBL, la ligue de basket Australienne. De quoi défrayer la chronique encore un peu plus, là où LaMelo Ball a réussi à conserver une communication irréprochable jusqu’à aujourd’hui. C’est son agent Jermaine Jackson qui l’a annoncé de la plus simple des façons.

 

“L’équipe nous appartient. C’est une affaire conclue.”

 

Pour rappel, LaMelo Ball avait fait le choix l’an passé de s’exiler en Australie pour y effectuer une saison professionnelle avant de se présenter à la Draft. Sa côte était faible, et aucune équipe de NCAA ne voulait lui offrir une opportunité de s’exprimer pleinement vis-à-vis de sa famille sulfureuse selon les différentes informations de l’époque. Cet exil inattendu s’est alors avéré être un véritable succès puisque LaMelo Ball a pu montrer toute l’étendue de son talent dans un championnat professionnel. Avec les Illawarra Hawks, LaMelo Ball a marqué les esprits avec 17 points, 7 rebonds et 7 passes de moyenne lors de ses 12 matchs disputés. Une blessure au pied a mis un terme à sa saison plus tôt que prévu mais l’essentiel était ailleurs. Là où il n’était que considéré comme un Top 20 de Draft il y a un an, LaMelo Ball est aujourd’hui assuré d’être appelé dans le Top 3 de la Draft 2020. Il est en concurrence avec Anthony Edwards (Georgia) et James Wiseman (Memphis) pour décrocher le si prestigieux first pick.

 

Face à ce succès foudroyant rencontré en Australie, on peut donc imaginer que LaMelo Ball s’est senti pousser des ailes. S’il semble avoir éliminé l’influence de son père de sa vie professionnelle pour éviter les déboires vécus par Lonzo Ball, peut-être que son entourage n’est pas sein pour autant. Disons-le, racheter une équipe de Basket à seulement 18 ans n’a rien du coup de génie au premier abord. De plus, on peut se demander si Jermaine Jackson, agent de LaMelo Ball, ne s’est pas emballé trop vite. Dans la foulée de l’information révélée par ESPN, la NBL en personne a publié un communiqué affirmant que rien n’était signé pour le moment.

 

 

En clair, ce communiqué explique que l’équipe est en effet en vente à la suite du départ de son précédent propriétaire, mais qu’elle n’a pas encore trouvé son successeur. La NBL joue les pompiers de service, dans une affaire assez étrange où chacun pense détenir sa propre vérité. Pour l’instant, on sait uniquement que LaMelo Ball a une furieuse envie de s’engager sur le long terme en Australie. Son unique saison là-bas l’a convaincu à s’investir dans un pays qui l’a adopté. Le jeune homme a aimé son expérience, et la communauté qu’il a rencontré dans la région de l’Illawarra. Des déclarations appuyées par des gestes, comme lorsqu’il avait laissé son salaire à des associations venant en aide aux victimes des terribles incendies qui ont ravagé l’Australie en Janvier dernier. Ball se tourne désormais vers une double casquette de joueur NBA et propriétaire Australien, comme son agent l’a plus longuement expliqué à ESPN.

 

LaMelo aime les fans de l’Illawarra. Il aime cette communauté qui lui a ouvert ses bras. Ils nous ont fait sentir comme à la maison. Il va être concentré sur sa carrière NBA, mais nous allons engager les bonnes personnes pour gérer cette affaire. Il veut créer le meilleur programme de Basket possible pour la communauté. Lorsque de jeunes lycéens vont entendre que LaMelo est le propriétaire de l’équipe, ils vont vouloir venir ! Ils sauront qu’on prendra soin d’eux ici. On envisage également de faire une tournée ici pendant l’été avec toute la famille Ball à travers l’Australie. On veut faire des camps de basket et connecter les jeunes. LaMelo veut inspirer la prochaine génération.

Lire la suite sur Insidebasket.com