La FFF se positionne contre une saison blanche pour ses compétitions

Le comité exécutif de la Fédération française de football (FFF), réuni ce vendredi, a rappelé l’état d’esprit général du football français face à la crise sanitaire causée par le Covid-19: il est important d’attendre la position du gouvernement sur le prolongement ou pas du confinement pour que les dirigeants décident d’acter une date butoir pour la fin de la saison 2019-2020. Ce sera soit avant le 15 juillet, soit avant le 31 juillet. “Il est encore difficile de se projeter dans la période post-pandémique. Mais la possibilité de reprise de nos championnats existe toujours. Il serait donc prématuré de prononcer aujourd’hui l’arrêt de la saison”, souligne un communiqué de la FFF.

Le président Noël Le Graët tient personnellement à ce que tous les championnats reprennent, même s’ils n’arrivent pas à clôturer toutes les journées qu’il reste avant la date butoir. “Si l’activité reprend dans le pays, alors le foot doit reprendre pour remplir son devoir de lien social”, selon un rappel de principe précisé par un de ses proches.

Pas de montées sans descentes

Certains championnats gérés par la FFF font apparaître des enjeux sportifs très importants. En D1 féminine, il reste six journées pour finir la saison avec l’OL (44 points) et le PSG (41 points) au coude-à-coude pour le titre et la Ligue des champions. Bordeaux est même en embuscade avec 37 points. En National 1, neuf journées doivent encore être jouées et les huit premières équipes se tiennent en huit points.

Il n’est donc pas question de se retrouver face à une saison blanche. Les membres du comité exécutif sont tous d’accord sur ce point, même si le déconfinement ne se fera pas du jour au lendemain, comme l’a expliqué jeudi soir le Premier ministre Édouard Philippe. “Les tendances du jour ne seront peut-être plus bonnes demain”, a rappelé à RMC Sport un dirigeant du foot amateur. Pour contrer tous les communiqués qui fleurissent de-ci delà depuis la base, le Comex de la FFF a insisté sur le fait que les championnats reprendront avec au bout des “montées et des descentes” et pas l’un ou l’autre. Un groupe de travail a été mis en place pour travailler sur ce sujet pour une décision qui concernera tous les championnats gérés par la fédération mais aussi pour les ligues et des districts.

Une enveloppe exceptionnelle

Sur le plan économique, la fédération est consciente des difficultés que rencontrent les clubs amateurs des championnats nationaux ou des championnats régionaux. Pour les premiers cités, les discussions existent depuis maintenant plusieurs mois sur une aide que pourrait apporter le football professionnel, notamment aux clubs de National en lien avec le nouveau contrat des droits TV. Les discussions avaient débuté avant la pandémie, le sujet redeviendra d’actualité une fois la crise sanitaire passée.

En revanche, l’idée d’un fonds de solidarité a été acté par le comité exécutif sans que le montant ne soit pour l’heure évoqué. Il est question d’une enveloppe exceptionnelle, en plus des 86 millions d’euros que la fédération verse tous les ans au foot amateur. Cela rappelle la prime à la deuxième étoile de 10 millions d’euros qui avait été actée la saison dernière après le titre mondial des Bleus à la Coupe du monde 2018 en Russie. Des avances de trésorerie seront consenties et les prélèvements de frais ou autre amendes seront gelées pour les clubs.

Ainsi, la fédération se positionne en attendant de pouvoir clairement confirmer les différentes mesures une fois que la situation se sera améliorée dans le pays. Enfin, les élections ont été reportées pour tenir compte d’une période de campagne électorale: de juin à décembre pour les districts, en janvier 2021 pour les ligues et celle de la FFF en mars 2021.

Lire la suite sur RMC Sport